Загрузил maankom

учебное пособие по французской литературе

Реклама
М. А. Комарова
Нобелевская премия по литературе:
полилог по-французски
Prix Nobel de littérature:
polylogue des voies françaises
Для студентов специальности 1-23 01 02
«Лингвистическое обеспечение межкультурных
коммуникаций (по направлениям)»
Минск
«Колорград»
2016
УДК [811.133.1+821.133.1.09](075.8)
ББК 81.2Фра-923
К63
Р е ц е н з е н т ы:
доцент кафедры межкультурной экономической коммуникации БГЭУ,
кандидат филологических наук, доцент Т.Н.Нестерович;
заведующий кафедрой лексикологии французского языка МГЛУ,
кандидат филологических наук, доцент А.М.Дудина
К63
Комарова, М. А.
Нобелевская премия по литературе: полилог по-французски = Prix
Nobel de littérature: polylogue des voies françaises : для студентов
специальности 1-23 01 02 «Лингвистическое обеспечение межкультурных
коммуникаций (по направлениям)» / М. А.Комарова. – Минск : Колорград,
2016. – 87 с.
ISBN 978-985-7148-14-1.
Пособие предназначено для студентов, изучающих французский язык и
литературу, и может использоваться в качестве основного и дополнительного
материала при изучении дисциплин «Мировая литература», «Страноведение
Франции», «Культура Франции».
Содержит биографические и библиографические сведения о 13 французских
писателях и поэтах, удостоенных Нобелевской премии по литературе, отрывки
из их произведений и задания к ним, справочную информацию о литературных
течениях и жанрах и тестовые материалы.
Книга будет полезна всем желающим расширить свои знания в области
французской литературы.
УДК [811.133.1+821.133.1.09](075.8)
ББК 81.2Фра-923
ISBN 978-985-7148-14-1
© Комарова М. А., 2016
© Оформление. ЧПТУП «Колорград», 2016
TABLE DES MATIERES
Предисловие ............................................................................................. 4
Avant-propos ............................................................................................. 5
1. Sully Prudhomme ...................................................................................... 6
2. Romain Rolland....................................................................................... 12
3. Anatole France ........................................................................................ 17
4. Henri Bergson .......................................................................................... 23
5. Roger-Martin du Gard ........................................................................... 27
6. André Gide............................................................................................... 32
7. François Mauriac .................................................................................... 37
8. Albert Camus........................................................................................... 43
9. Saint-John Perse ...................................................................................... 48
10. Jean-Paul Sartre ..................................................................................... 53
11. Claude Simon.......................................................................................... 58
12. Jean-Mari Gustave Le Clézio ............................................................... 64
13. Patrick Modiano ..................................................................................... 71
Quiz........................................................................................................... 76
Corrigés .................................................................................................... 83
Annexes .................................................................................................... 84
Bibliographie ........................................................................................... 87
3
ПРЕДИСЛОВИЕ
“Когда люди перестают читать, они перестают мыслить”
(Дени Дидро)
Учебное пособие адресовано студентам, изучающим французский язык на
продвинутом этапе.
Основная его цель – познакомить с творчеством и произведениями
французских авторов, удостоенных Нобелевской премии по литературе, с целью
развития лингвистической и социо-культурной компетенции в контексте
формирования поликультурной личности. Автором учитывается необходимость
культивировать у студентов интерес к чтению произведений художественной
литературы и способность к их анализу.
В качестве материала отобраны произведения 13 франкофонных авторов,
размещенные в хронологической последовательности получения ими премии,
которые составили следующие разделы пособия:
1. Сюлли Прюдом (1901).
2. Ромен Роллан (1915).
3. Анатоль Франс (1921).
4. Анри Бергсон (1928).
5. Роже-Мартен дю Гар (1937).
6. Андре Жид (1947).
7. Франсуа Мориак (1951).
8. Альбер Камю (1957).
9. Сен-Джон Перс (1960).
10. Жан-Поль Сартр (1964).
11. Клод Симон (1985).
12. Жан-Мари Гюстав Леклезио (2008).
13. Патрик Модиано (2014).
Каждый раздел включает биографические и библиографические сведения
об авторах, отрывки из их произведений и задания к ним, построенные по
следующей схеме:

лингвистический аспект фрагмента (лексические и грамматические
особенности);

литературоведческий аспект фрагмента (сюжет, изобразительные
особенности, импульс для дискуссии с наиболее знаменитыми цитатами автора).
Разделы могут изучаться в свободной последовательности, что
способствует творческому подходу преподавателей к предложенным
материалам, а также свободе выбора при самостоятельной работе студентов. В
каждом разделе предлагается справочная информация о соответствующих
литературных течениях и жанрах.
Автор выражает благодарность рецензентам за ценные замечания,
которые способствовали улучшению пособия, а также искреннюю
признательность старшему преподавателю кафедры зарубежной литературы
БГУ Е.А.Климович за неоценимую консультационную помощь, без которой
работа над пособием была бы осложнена.
4
AVANT-PROPOS
“La lecture est une porte ouverte sur un monde enchanté”.
(François Mauriac, Nouveaux mémoires intérieurs, 1964)
Cet ouvrage réinstaure la littérature parmi les supports d’apprentissage de la
culture et de la civilisation françaises.
Le texte littéraire n’est pas périssable. S’y expriment les aspirations pérennes
des humains, les échos se répondant de siècle en siècle, l’expérience subjective du
monde, le rapport singulier au langage, aux savoirs constitués, aux codes sociaux,
aux représentations des autres et de soi-même. En plus le texte littéraire est
spécifique par sa littérarité, le fait qu’il supporte une multiplicité d’interprétations.
A chacun de l’investir en fonction de ses compétences culturelles, linguistiques, de
ses pratiques de lecture, de sa sensibilité et de sa fantaisie. C’est dans la littérature
aussi que se révèlent les infinies potentialités de la langue.
L’ouvrage s’adresse à un public d’étudiants du niveau intermédiaire et
avancé et vise à leur faire connaître les œuvres des treize Prix Nobel français de
littérature. Il propose de découvrir « le plaisir du texte » dans le but d’acquérir des
connaissances littéraires, d’ouvrir l’accès à la culture et à la civilisation, de
construire une perception esthétique.
On y trouvera 13 chapitres situés en ordre chronologique de la réception du
Prix Nobel des auteurs suivants:
1. Sully Prudhomme (1901).
2. Romain Rolland (1915).
3. Anatole France (1921).
4. Henri Bergson (1928).
5. Roger-Martin du Gard (1937).
6. André Gide (1947).
7. François Mauriac (1951).
8. Albert Camus (1957).
9. Saint-John Perse (1957).
10. Jean-Paul Sartre (1957).
11. Claude Simon (1985).
12. Jean-Mari Gustave Le Clézio (2008).
13. Patrick Modiano (2014).
Chaque chapitre inclut les informations biographiques et bibliographiques
sur les auteurs, les fragments de leurs œuvres et les activités rangées selon le plan
suivant:

intérêt linguistique du fragment (lexique et grammaire);

intérêt littéraire du fragment (sujet, art de narration, invitation à la
discussion).
Les chapitres peuvent être étudiés dans l'ordre libre qui ne gêne pas une
approche créative des enseignants aux matières offertes, aussi bien que la liberté de
choix au travail indépendant des apprenants.
5
Sully (René François Armand) Prudhomme
(1839-1907)
De son vrai nom René François Armand Prudhomme, il
naquit à Paris le 16 mars 1839 dans une famille fortunée. Il
suivit une formation d'ingénieur et travailla comme tel au
Creusot. Vite déçu par son emploi, il reprit ses études et se
consacra au droit et à la philosophie. C'est pendant ses études
qu'il décida de se vouer entièrement à la littérature, ce que lui permettait sa fortune
personnelle. Son premier recueil, Stances et poèmes (1865), d'une tonalité lyrique,
contient un poème très connu, «le Vase brisé»; il rencontra un succès immédiat, et
fut notamment apprécié par la critique et au sein du milieu littéraire parisien.
Caractérisé par son extrême élaboration esthétique, sa poésie lui ouvrit aussitôt les
portes de la revue du Parnasse.
L'influence du mouvement parnassien devint très sensible dans ses œuvres
ultérieures, comme Les solitudes (1869) et plus tard Les destins (1872), recueil où
la poésie se met essentiellement au service d'une pensée dont elle tente de traduire
le cheminement et les expériences. Avec les Vaines tendresses (1875), recueil
élégiaque sur un amour inquiet et malheureux, il revint momentanément à la
tonalité plus lyrique et mélancolique de ses débuts, mais, par la suite, il composa
des œuvres amples à visée quasi scientifique, où il se donnait pour but l'expression
de la vérité philosophique de la façon la plus objective possible : La justice,
premier de ces ouvrages, parut en 1878, et fut suivi du Bonheur en 1888.
Ces textes sont des chefs-d'œuvre de subtilité analytique, même si la
virtuosité du style semble parfois s'y exhiber au détriment de la pensée.
Parallèlement à son œuvre de poète, Sully Prudhomme traduisit un ouvrage de
Lucrèce, De la nature des choses, dont la préface lui permit de définir son « art
poétique », c'est-à-dire les règles qu'il souhaitait appliquer dans la composition de
ses poèmes. Il consacra également un ouvrage poignant à son expérience de la
guerre, où il fut blessé et dont il garda de graves séquelles, Impressions de guerre.
Il publia en outre divers essais de poétique et d'esthétique, tels que De l'expression
dans les beaux-arts (1884) et son Testament poétique (1902), ainsi que des textes
de philosophie pure, tels que le Problème des causes finales (1902) et La vraie
Religion selon Pascal (1905). Parmi les autres œuvres poétiques de Sully
Prudhomme, citons Le Prisme (1886) et La Révolte des fleurs (1886).
Sully Prudhomme fut admis à l'Académie française en 1881 et fut le premier
auteur à recevoir le prix Nobel de littérature, en 1901 "dans la reconnaissance
spéciale de sa composition poétique, qui témoigne d'idéalisme élevé, la perfection
artistique et une combinaison rare des qualités de coeur et l'intellect". Il mourut le 6
septembre 1907, dans sa villa de Châtenay-Malabry, près de Paris.
(d’après«Sully Prudhomme»,
http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr)
6
Le savez-vous?
Le mouvement poétique appelé Parnasse est apparu en France
dans la seconde moitié du XIXe siècle: il tire son nom du recueil
poétique le Parnasse contemporain publié entre 1866 et 1876 par
l'éditeur Alphonse Lemerre. Il apparaît en réaction au lyrisme et aux
sentiments du romantisme.
Ses principes sont la valorisation de l’art poétique par la retenue,
l'impersonnalité et le rejet de l'engagement social ou politique. L'art n'aurait pas à
être utile ou vertueux et son but en serait uniquement la beauté : le slogan « L'art
pour l'art » de Théophile Gautier, considéré comme précurseur, est adopté. Ce
mouvement réhabilite aussi le travail acharné et minutieux de l'artiste en utilisant
souvent la métaphore de la sculpture pour symboliser la résistance de la «matière
poétique».
(d’après Larousse « Dictionnaire mondial des littératures »)
 Etudiez les citations de A.Lemoine sur Sully Prudhomme et son œuvre.
Commentez et argumentez.
“ Il n’avait certes pas trop de tout lui-même pour embrasser la poésie telle
qu’il la comprenait, c’est-à-dire cette poésie à laquelle rien d’humain n’est
étranger, ni les tendresses de l’amour, ni les curiosités de l’intelligence. C’est
grâce à elle qu’il fit vibrer les fibres les plus délicates du cœur et les cordes les
plus hautes de l’esprit. Tous les sons rendus ont été recueillis par le poète en des
vers superbes et de forme achevée. Ils possèdent surtout un charme qui leur est
particulier, celui d’exprimer ce que jusqu’ici on avait pu croire inexprimable.
Quand on les lit, ces vers, on sent qu’on a affaire à une âme en peine, mais dont
la tristesse est douce. Elle soupire sa plainte, mais ne jette jamais de cris”.
“Sully Prudhomme n’est pas un simple dilettante s’isolant des douleurs et
des joies de la grande famille humaine; bien au contraire :
... Je suis le captif des mille êtres que j’aime :
Au moindre ébranlement qu’un souffle cause en eux,
Je sens un peu de moi s’arracher de moi-même.
Dans son premier recueil, des pièces charmantes rivalisent de grâce et de
fraîcheur, Le Vase brisé, Les Chaînes, mais où le poète parle la belle tangue du
cœur, domine parfois une pensée grave, apparaît la note du philosophe curieux
d’analyser ses impressions les plus vives”.
“Nous nous trouvons en présence d’une rare élévation de pensées, et
cependant le poète nous laisse de grandes inquiétudes de cœur et de raison, en
troublant la surface des profonds abîmes qui restent encore à sonder”.
7
Prenez connaissance du poème le plus célèbre Le Vase brisé du premier
recueil du poète, Stances et Poèmes (1865) qui a lancé sa carrière.Comment
pouvez-vous apprécier “une élégante métaphore du cœur brisé par un chagrin
d'amour”.
Le vase brisé
Le vase où meurt cette verveine
D’un coup d’éventail fut fêlé;
Le coup dut effleurer à peine:
Aucun bruit ne l’a révélé.
Mais la légère meurtrissure,
Mordant le cristal chaque jour,
D’une marche invisible et sûre
En a fait lentement le tour.
Son eau fraîche a fui goutte à goutte,
Le suc des fleurs s’est épuisé;
Personne encore ne s’en doute;
N’y touchez pas, il est brisé.
Souvent aussi la main qu’on aime,
Effleurant le coeur, le meurtrit;
Puis le coeur se fend de lui‐même,
La fleur de son amour périt;
Toujours intact aux yeux du monde,
Il sent croître et pleurer tout bas
Sa blessure fine et profonde;
Il est brisé, n’y touchez pas.
1. Répondez aux questions.





Quelle comparaison métaphorique exerce l’auteur dans son poème?
A quoi sont comparés la fleur, l’amour?
Comment pouvez-vous apprécier “une élégante métaphore du brisé”?
Par quoi selon vous est brisé le cœur dans le poème?
Quels sentiments le poème engendre-t-il?
2. Voici une version russe du poème. Est-ce que les mêmes figures de style
sont employées (v. annexe 1)?
8
Разбитая ваза
(перевод А.Н.Апухтина, 1883)
Ту вазу, где цветок ты сберегала нежный,
Ударом веера толкнула ты небрежно,
И трещина, едва заметная, на ней
Осталась… Но с тех пор прошло не много дней,
Небрежность детская твоя давно забыта,
А вазе уж грозит нежданная её беда!
Увял её цветок; ушла её вода…
Не тронь её: она разбита.
Так сердца моего коснулась ты рукой —
Рукою нежной и любимой, —
И с той поры на нём, как от обиды злой,
Остался след неизгладимый.
Оно как прежде бьётся и живёт,
От всех его страданье скрыто,
Но рана глубока и каждый день растёт…
Не тронь его: оно разбито.
3. En vous basant sur l’annexe 2 analysez le poème.
4. Lisez le poème.
Prière
Ah ! Si vous saviez comme on pleure
De vivre seul et sans foyers,
Quelquefois devant ma demeure
Vous passeriez.
Si vous saviez ce que fait naître
Dans l'âme triste un pur regard,
Vous regarderiez ma fenêtre
Comme au hasard.
Si vous saviez quel baume apporte
Au coeur la présence d'un coeur,
Vous vous assoiriez sous ma porte
Comme une soeur.
Si vous saviez que je vous aime,
Surtout si vous saviez comment,
9
Vous entreriez peut‐être même
Tout simplement.
5. Répondez aux questions.




Quel mode du verbe est employé dans le poème? Quelle est sa valeur?
Quel est le sujet du poème? De quoi s’agît-il?
Quelle comparaison métaphorique exerce l’auteur dans son poème?
Quels sentiments et émotions évoque le poète chez le lecteur? Grâce à
quoi?
 Est-ce que l’amour sans retour peut être lié avec les souffrances, le
malaise?
 Pourquoi l’amour est parfois appelé “une maladie”?
 Comment le poète a-t-il pu être rassurant?
6. En vous basant sur l’annexe 2 analysez le poème.
7. Voici deux versions russes du poème. Est-ce que les mêmes figures de
style sont employées?
Мольба
(перевод П. Ф. Якубович)
О, если б вам была знакома
Боль одиночества, теснящая мне грудь,
Вы, можетъ быть, прошли бы мимо дома,
Где я живу, когда‐нибудь.
И если б знали вы, какое утешенье
Ваш ясный взор приносит мне давно,
Вы, может быть, взглянули б на мгновенье
Ко мне в окно.
Когда бы знали вы, что горе и тревога
При виде вас в душе стихают вдруг,
Вы сели бы у моего порога,
Как верный друг.
О том, что я люблю, о том, какой любовью
Люблю я вас, когда б вы знать могли,
Вы, может быть, наперекор злословью,
Ко мне б вошли.
10
Просьба
(перевод: О. Н. Чуминой)
О, если б знали вы, как больно
Жить без подруги одному,
То к дому подошли б невольно
Вы моему.
И знали б вы, что взором сладко
Вам утешать меня дано,
Вы заглянули бы украдкой
Ко мне в окно.
Когда бы знали вы, как много
Я в жизни выстрадал своей,
Тогда вы сели б у порога
Моих дверей.
А знали б вы, что вас люблю я,
Как никому вас не любить,
Зашли бы, счастье мне даруя,
Вы, может быть.
8. Analysez et interpétez les citations de Sully Prudhomme.
 “Je n'aime pas les maisons neuves : Leur visage est indifférent."
 “L'amitié n'a de sens que si elle prête à se prouver par un sacrifice."
 “Le noir sied à son front poli. – Et par ce front le chagrin même est
embelli”.
11
Romain Rolland
(1866-1944)
Romain Rolland naît dans une famille de notaires,
issue de paysans et de bourgeois aisés.
Reçu à l’École normale supérieure en 1886, où il se
lie avec André Suarès ou Paul Claudel, il se destine au
concours d’agrégation de philosophie, auquel il renonce
pour ne pas avoir à se soumettre à l’idéologie dominante,
attitude déjà conforme à son exigence d’indépendance
d’esprit. Il est reçu à l’agrégation d’histoire en 1889.
Il passe ensuite deux ans à Rome, de 1889 à 1891,
comme membre de l’École française de Rome, où sa
rencontre avec Malwida von Meysenbug, qui avait été
l’amie de Nietzsche et Wagner, et la découverte des chefs-d’œuvre de l’art
italien, seront décisives pour la construction de sa pensée. À son retour en 1895,
il passe son doctorat de lettres en présentant une thèse sur Les origines du
théâtre lyrique moderne.
Ce jeune homme exigeant mais timide n’aime pas l’enseignement. Avec
les gens, Rolland n’entretient guère que des rapports distants. Il est surtout un
homme d’écriture. Dès que la littérature lui assure de modestes revenus, il donne
sa démission de l’Université, en 1912.
Romain Rolland correspond avec S.Freud de mars 1923 jusqu’à février
1936 et entretient également des rapports épistolaires et amicaux avec Richard
Strauss, André Suarès, Stefan Zweig, Alain et Jean Guéhenno.
Rolland est en Suisse lors de la déclaration de la Première Guerre
mondiale. Bouleversé à l´idée du déclin de l´Europe qu’il voit s’annoncer, il
décide alors de ne pas quitter le pays qui lui permet de s’engager au sein de la
Croix-Rouge et de diffuser librement ses œuvres. C´est ainsi que la série de
pamphlets à l´encontre des pays belligérants, Au-dessus de la mêlée, parut au
Journal de Genève: Rolland y dénonçait avec véhémence leur quête d´une
victoire totale, au lieu de vouloir négocier une paix équitable.
La publication de ses articles, à Paris, eut un large écho dans la seconde
moitié de la guerre : ils furent traduits en plusieurs langues et ont largement
contribué, avec son roman Jean-Christophe, à ce qu´on lui décerne le Prix Nobel
de littérature en 1915 “comme un hommage à l'idéalisme élevé de sa production
littéraire et à la sympathie et à l'amour de vérité avec laquelle il a décrit les types
différents d'êtres humains”.
R.Rolland devient une figure du mouvement pacifiste international, mais
aussi du mouvement de la Troisième internationale communiste. En avril 1917,
Lénine lui proposa de rentrer avec lui dans une Russie en pleine révolution.
R.Rolland déclina l’invitation.
12
Son voyage à Moscou, en 1935, à l’invitation de Gorki, lui permet de
rencontrer Staline et de se camper comme un ambassadeur des intellectuels
français amis l’Union soviétique.
En 1937, il quitte la Suisse et rentre en France pour s’établir à Vézelay.
Durant l’Occupation, il reste blotti dans une solitude totale et silencieuse, sans
pour autant cesser de travailler.
Il termine ainsi ses Mémoires en 1940, et écrit Péguy, paru en 1944, dans
lequel ses souvenirs personnels éclairent la réflexion d’une vie sur la religion et
le socialisme.
Écrivain engagé, pacifiste, poète et humaniste, figure majeure de la
littérature française du XXe siècle, R.Rolland laissa une œuvre exigeante et
ambitieuse dont la pièce maîtresse demeure Jean-Christophe, roman auquel il
avait consacré dix ans de sa vie.
(d’après www.rolland.lyc.ac-amiens.fr)
Le savez-vous?
Le roman est une œuvre d'imagination constituée par un récit en
prose d'une certaine longueur, dont l'intérêt est dans la narration
d'aventures, l'étude de mœurs ou de caractères, l'analyse de
sentiments ou de passions, la représentation du réel ou de diverses
données objectives et subjectives; genre littéraire regroupant les œuvres qui
présentent ces caractéristiques. À l'origine, œuvre narrative en prose ou en vers,
écrite en langue romane (le Roman de la Rose, le Roman de Renart, par
exemple).
Le roman-fleuve est un roman dans lequel le cours du récit se déroule
tantôt avec rapidité, tantôt avec lenteur.

(d’après Larousse «Dictionnaire mondial des littératures»)
Découvrez l’œuvre en lisant le fragment ci-dessous.
“Jean-Cristophe” (1904-1912)
Passionné de musique, l’auteur retrace dans ce
roman-fleuve le destin et la formation d'un compositeur
de génie, héros romantique et “âme libre” à l'image du
Werther de Goethe. De l'enfance à la maturité, JeanChristophe Krafft découvre la douleur, l'injustice,
affronte les épreuves de la vie pour enfin s'accomplir,
trouver l'équilibre et la paix. Roman d'apprentissage,
tableau du monde intellectuel européen de la fin du XIXe
et du début du XXe siècle, cette vaste fresque qui mêle
13
pensée et poésie, réalisme et symbolisme, est autant une réflexion sur la création
artistique que l'exploration sensible et profonde de l'âme humaine. Un chefd'œuvre et un classique…
Dans les premiers livres du roman dont L’Aube fait partie R.Rolland
montre comment se forme la génie de Jean-Cristophe, son caractère.
T
out est musique pour un cœur musicien. Tout ce qui vibre, et s’agite,
et palpite, les jours d’été ensoleillés, les nuits où le vent siffle, la
lumière qui coule, le scintillement des astres, les orages, les chants
d’oiseaux, les bourdonnements d’insectes, les frémissements des arbres, les
voix aimées ou détestées, les bruits familiers du foyer, de la porte qui
grince, du sang qui gonfle les artères dans le silence de la nuit, – tout ce qui
est, est musique: il ne s’agit que de l’entendre. Toute cette musique des
êtres résonnait en Christophe. Tout ce qu’il voyait, tout ce qu’il sentait, se
muait en musique. Il était comme une ruche bourdonnante d’abeilles. Mais
nul ne le remarquait. Lui, moins que personne.
Comme tous les enfants, il chantonnait sans cesse. À toute heure du
jour, quelque chose qu’il fît : – qu’il se promenât dans la rue, en sautillant
sur un pied ; – ou que, vautré sur le plancher de grand‐père, et la tête dans
ses mains, il fût plongé dans les images d’un livre ; – ou qu’assis sur sa petite
chaise, dans le coin le plus obscur de la cuisine, il rêvassât sans penser,
tandis que la nuit tombait ; – toujours on entendait le murmure monotone
de sa petite trompette, bouche close, et les joues gonflées, en s’ébrouant des
lèvres. Cela durait des heures, sans qu’il s’en lassât. Sa mère n’y faisait pas
attention; puis, brusquement, elle en criait d’impatience.
Quand il était las de cet état de demi‐somnolence, il était pris d’un
besoin de se remuer et de faire du bruit. Alors, il inventait des musiques,
qu’il chantait à tue‐tête. Il en avait fabriqué pour toutes les occasions de sa
vie. Il en avait pour quand il barbotait dans sa cuvette, le matin, comme un
petit canard. Il en avait pour quand il montait au tabouret de piano, devant
l’instrument détesté, – et surtout quand il en descendait (celle‐ci était bien
plus brillante que l’autre). Il en avait pour quand maman apportait la soupe
sur la table : – il la précédait alors, en sonnant des fanfares. – Il se jouait à
lui‐même des marches triomphales, pour se rendre solennellement de la
salle à manger à sa chambre à coucher. Parfois, à cette occasion, il organisait
des cortèges, avec ses deux petits frères : tous trois défilaient gravement, à
la suite l’un de l’autre; et chacun avait sa marche. Mais Christophe se
réservait, comme de juste, la plus belle. Chacune de ces musiques était
affectée rigoureusement à une occasion spéciale; et Christophe n’aurait
jamais eu l’idée de les confondre. Tout autre s’y serait trompé; mais il y
distinguait des nuances d’une précision lumineuse.
14
Un jour que, chez grand‐père, il tournait autour de la chambre, en
tapant des talons, la tête en arrière et le ventre en avant, il tournait, tournait
indéfiniment, à se rendre malade, en exécutant une de ses compositions, –
le vieux, qui se faisait la barbe, s’arrêta de se raser, et, la figure toute
barbouillée de savon, il le regarda et dit :
– Qu’est‐ce que tu chantes donc, gamin ?
Christophe répondit qu’il ne savait pas.
– Recommence! dit Jean‐Michel.
Christophe essaya: il ne put jamais retrouver l’air. Fier de l’attention
de grand‐père, il voulut faire admirer sa belle voix, en chantant à sa façon
un grand air d’opéra ; mais ce n’était pas là ce que demandait le vieux. Jean‐
Michel se tut et parut ne plus s’occuper de lui. Mais il laissa la porte de sa
chambre entrouverte, tandis que le petit s’amusait seul dans la pièce à côté.
(R.Rolland, Jean-Cristophe. L’Aube, 1904)
Intérêt linguistique
1. Trouvez dans l’extrait les mots et les locutions qui décrivent la
musique dans toutes ses facettes (sons, genres, résonance,
composition, instruments musicaux, etc.). Triez ces mots selon les
parties du discours. Expliquez la predominance d’une partie du
discours.
2. Dégagez les épithètes reflétant le caractère de Jean-Cristophe.
3. Trouvez dans l’extrait les synonymes du mot chanter.
4. Expliquez la différence de sens entre les mots engouement, passion,
talent, capacité, aptitude, génie, instinct. Proposez leur hiérarchie
ascendante. Lesquels parmi ses mots caractérisent le mieux JeanCristophe?
Intérêt littéraire
I.Questions sur le sujet
1. Comment le futur musicien passait-il sa journée? Quelles étaient les
occupations journalières du garçon?
2. Est-ce que Jean-Cristophe se comportait comme un enfant ordinaire ?
Qu’est-ce qui le distinguait des autres?
3. Pourquoi la musique était omniprésente dans sa vie quotidienne ?
4. Comment se posaient ses proches à son engouement ?
15
II. L’art du récit
1. Dégagez les procédés stylistiques de l’extrait après avoir consulté
l’annexe1. Expliquez leur sens.
2. Composez le portrait du garçon. Vous semble-t-il brave et sympa?
Pourquoi ?
3. Grâce à quoi l’auteur a réussi à décrire le talent du futur musicien ?
4. Remplissez la fiche d’identification de l’extrait en vous basant sur le
document de l’annexe.
Fiche d’identification
Contexte :
Sens littéral du texte :
Catégorie littéraire :
Genre :
Mouvement :
Type de texte :
Registre :
Visée littéraire :
5. Préparez le commentaire de l’extrait selon le modèle de l’annexe 3.
III. Invitation à la discussion
1. Cet extrait vous a-t-il donné envie de lire le roman? Quelle que soit votre
réponse, dites pourquoi.
2. Qu'est-ce que le talent ? Est-ce un bonheur, un examen, une peine, etc.)?
Est-il facile d’être talentueux? Pourquoi?
3. Est-il difficile de faire découvrir à l’enfant ses talents? Faut-il le faire le
plus tôt possible?
4. Est-il nécessaire et possible de cultiver ses capacités?
5. Selon vous les capacités influencent-elles le choix de la profession?
Pourquoi?
6. Analysez et interpétez les citations de R.Rolland.
 “Quelque prix qu'il en coûte, soyons libres”.
(Aërt, 1897)
 “Rien d'aussi précieux que le bon sens”.
(Le théâtre du peuple, 1903)
 “La guerre est le fruit de la faiblesse des peuples et de leur stupidité”.
(Au-dessus de la mêlée, 1915)
 “L'amour est la seule activité raisonnable de l'homme”.
(La vie de Tolstoï, 1911)
16
Anatole France
(1844 – 1924)
Jacques Anatole François Thibault, dit Anatole France, est
un des écrivains français les plus populaires de la Troisième
République dont il fut également l'un des plus importants
critiques littéraires, et comme l'une des consciences les plus
significatives de son temps, s'engageant en faveur de
nombreuses causes sociales et politiques du début du XXe siècle.
Son père était libraire, dont la boutique était spécialisée dans les ouvrages
et documents sur la Révolution française, fréquentée par de nombreux
écrivains et érudits, comme les frères Goncourt. Le nom d'Anatole France lui
vient ainsi de son père. C'est un diminutif de François. Élevé dans la
bibliothèque paternelle, Anatole en garda le goût des livres et de l'érudition,
ainsi qu'une connaissance intime de la période révolutionnaire, arrière plan de
plusieurs de ses romans et nouvelles, dont Les Dieux ont soif, qui est
considéré comme son chef d'œuvre. Disciple de Leconte de Lisle, il débute sa
carrière en tant que bibliothécaire au Sénat et critique littéraire pour le
quotidien Le Temps.
Il connaît son premier succès d'édition avec Le Crime de Sylvestre
Bonnard, publié en 1881. Les Désirs de Jean Servien, Balthasar, Thaïs ou Le
Lys rouge font de lui un des auteurs les plus influents de la fin du XIXe
siècle. Cela lui vaudra le privilège d'entrer à l'Académie française en 1896.
Son œuvre littéraire, sceptique et ironique, sera consacrée par le prix Nobel
de littérature, qu'il obtient en 1921 “en reconnaissance de ses
accomplissements littéraires brillants, caractérisés par une noblesse de style,
une sympathie humaine profonde, la grâce et un vrai tempérament français”.
Écrivain reconnu, Anatole France est aussi une voix politique majeure de
la Troisième République et un proche de J.Jaurès. Il s'est notamment
distingué par ses positions pro-Dreyfus uniques à l'Académie française. Il
apporte son soutien à Émile Zola au moment de la parution de "J'Accuse...!",
allant jusqu'à rendre sa Légion d'honneur. Il fut avec Zola le premier
signataire d'une pétition d'intellectuels révisionnistes appelant à la
réhabilitation du capitaine français accusé de trahison. Il s'engage également
pour la reconnaissance du génocide arménien aux côtés de l'écrivain Archag
Tchobanian et signe des textes pacifistes pendant la Première Guerre
mondiale.
L’œuvre de A.France tranche tant avec les courants littéraires de son
temps
(naturalisme)
qu’avec
la politique française
en
matière
d’éducation après la guerre franco-allemande de 1870.
17
Les principaux thèmes de l’œuvre en prose de A.France émergent du
recueil Balthasar et du roman plusieurs fois remanié Le Crime de Sylvestre
Bonnard. On signale entre autres le personnage de l’érudit sensible, ridicule
ou aimable, qui a sa vie derrière lui, la bibliothèque (qui possède une
présence charnelle), l’action et la justice. Le style de А.France, souvent
qualifié de classique, se caractérise par une ironie amusée, parfois douce et
aimable, parfois noire et cruelle, qui exprime son scepticisme foncier à
l’égard de la nature humaine, de ses aspirations et de la connaissance, en
particulier de l’histoire.
A.France refuse le naturalisme de Zola, qu’il juge brutal, et, à l’esprit
scientifique en littérature, il oppose des écrivains comme Dickens et Sand,
car, pour lui “l’artiste qui ne voit les choses qu’en laid n’a pas su les voir dans
leurs rapports, avec leurs harmonies”.
Ses œuvres comportent donc de nombreux éléments féériques et souvent
proches du fantastique. C’est dans le même esprit qu’il aborde l’histoire non
pour réduire cette discipline à une fable, mais pour souligner les incertitudes
qui lui sont inhérentes. L’histoire est un thème qui revient souvent dans ses
œuvres.
(d’aprèsLarousse « Dictionnaire mondial des littératures »)
Le savez-vous?
A.France est un maître du roman philosophique. Ses
formes fictionnelles sont utilisés presque depuis les origines
de la philosophie écrite, notamment avec les dialogues de
Platon. Au XVIIIe siècle, le conte philosophique devient un moyen de
véhiculer des idées au plus grand nombre en les rendant accessibles,
notamment avec les œuvres de Voltaire (Candide, Zadig) ou de
Montesquieu (Les lettres persanes). Parallèlement, en Grande Bretagne
émerge un genre de roman à portée philosophique, avec la publication de
Robinson et Crusoe en 1719 par D.Defoe qui inspirera, par exemple, les
Voyages de Gulliver à Swift.
A l'époque moderne, le roman philosophique atteint sa forme
canonique avec Guerre et Paix de Tolstoi ou L'Homme sans qualités de
Musil. Plus tard, L'insoutenable légèreté de l'être de Kundera offre une
importante réflexion philosophique sur le thème du kitsch, de la légèreté et
de la pesanteur. Les romanciers de science-fiction s'emparent également de
cette forme pour apporter un éclairage philosophique sur le monde
contemporain, avec des réflexions sur le totalitarisme (Le Meilleur des
Mondes, 1984, Fahrenheit 451).
(d’après Larousse « Dictionnaire mondial des littératures »)
18
Découvrez l’œuvre en lisant le fragment ci-dessous.
“Le Lys rouge” (1894)
Un grand amour, cruel et sans tendresse, un amour
qui ne pardonne pas, c'est le Lys rouge, histoire d'un couple
que déchire la jalousie. Le roman raconte la liaison d'une
femme du monde, mariée à un homme politique, avec un
artiste. Un voyage à Florence (que symbolise le titre)
couronne cette union charnelle et mystique. Bientôt, la
jalousie s'insinue dans le cœur de l'amant, qui met fin à la
liaison.
Ce roman, unique en son genre dans l'œuvre,
maintenant réhabilitée et revenue à la mode, d'Anatole France, est partiellement
autobiographique, parce qu'il est fondé sur la liaison, d'abord passionnée, de
l'auteur avec Mme de Caillavet. Il a voulu écrire un roman psychologique et
mondain, où les personnages secondaires sont eux-mêmes inspirés du réel
(Choulette est Verlaine); un roman charnel, sexuel, aussi, où il n'est retenu que
par les limites de la bienséance habituelle à l'époque.
A
près tout, il ne l’avait pas si mal mariée, à juger le mariage ce qu’il est
pour les gens de loisir. Son mari en valait bien un autre. Il était
devenu très supportable. De tout ce qu’elle lisait dans les cendres, à
la clarté voilée des lampes, de tous ses souvenirs, celui de la vie commune
était le plus effacé. Elle en retrouvait quelques traits isolés d’une précision
pénible, quelques images absurdes, une impression vague et fastidieuse. Ce
temps avait peu duré et ne laissait rien après lui. Six ans passés, elle ne se
rappelait même plus très bien comment elle avait repris sa liberté, tant la
conquête en avait été prompte et facile sur ce mari froid, maladif, égoïste et
poli, sur cet homme séché, jauni dans les affaires et dans la politique,
laborieux, ambitieux, médiocre. Il n’aimait les femmes que par vanité, et il
n’avait jamais aimé la sienne. La séparation avait été franche, entière. Et
depuis lors, étrangers l’un à l’autre, il se savaient gré tacitement de leur
mutuelle délivrance, et elle aurait eu de l’amitié pour lui si elle ne l’avait
trouvé rusé, sournois et trop subtil à lui tirer sa signature quand il avait
besoin d’argent pour des entreprises où il mettait plus d’ostentation que
d’avidité. À cela près, cet homme avec lequel elle dînait, causait tous les
jours, habitait, voyageait, ne lui représentait rien, n’avait pas de
signification pour elle.
Ramassée sur elle‐même, la joue dans la main, devant le foyer éteint,
comme une curieuse qui consulte une sibylle, tandis qu’elle repassait ces
années de solitude, elle revit la figure du marquis de Ré. Elle la revit, celle‐
là, si nette et si précise qu’elle en resta surprise. Amené chez elle par son
19
père qui le lui vanta, le marquis de Ré lui apparut grand et beau de trente
ans de triomphes intimes et de gloires mondaines. Ses aventures lui
faisaient cortège. Il avait séduit trois générations de femmes et laissé au
cœur de toutes celles qu’il avait aimées un souvenir impérissable. Sa grâce
virile, son élégance sobre et l’habitude de plaire prolongeaient sa jeunesse
bien au delà du terme ordinaire. Il distingua tout particulièrement la jeune
comtesse Martin. Les hommages de ce connaisseur la flattèrent. En ce
moment elle se les rappelait encore avec plaisir. Il avait un tour merveilleux
de conversation. Il l’amusa: elle le lui laissa voir, et dès lors, il se promit,
dans son héroïque frivolité, de terminer dignement sa vie heureuse par la
possession de cette jeune femme qu’il appréciait avant tout le monde, et qui
visiblement avait du goût pour lui. Il déploya pour la prendre les roueries
les plus savantes. Mais elle lui échappa très facilement.
Elle céda, deux ans plus tard, à Robert Le Ménil qui l’avait voulue
fortement, avec toute la chaleur de sa jeunesse, toute la simplicité de son
âme. Elle se disait : « Je me suis donnée à lui parce qu’il m’aimait ». C’était
la vérité. La vérité, c’était aussi qu’un instinct sourd et puissant l’avait
poussée et qu’elle avait obéi aux forces obscures de son être. Mais cela
n’était point d’elle ; ce qui était d’elle et de sa conscience, c’est d’avoir cru,
consenti, voulu un sentiment vrai. Elle avait cédé sitôt qu’elle s’était vue
aimée jusqu’à la souffrance. Elle s’était donnée vite, avec simplicité. Il crut
qu’elle s’était donnée légèrement. Il se trompait. Elle avait senti
l’accablement devant l’irréparable et cette espèce de honte d’avoir
subitement quelque chose à cacher. Tout ce qu’on avait chuchoté devant
elle sur les femmes qui ont des amants vint bourdonner à ses oreilles
brûlantes. Mais, fière et délicate, dans la perfection de son goût, elle eut
soin de cacher le prix du don qu’elle faisait et de ne rien dire qui pût
engager son ami audelà de ses sentiments. Il ne soupçonna pas ce malaise
moral, qui d’ailleurs dura quelques jours à peine et fit place à une
tranquillité parfaite. Après trois ans, elle s’approuvait d’une conduite
innocente et naturelle. N’ayant fait de tort à personne, elle n’avait point de
regrets. Elle était contente. Cette liaison, c’était encore la meilleure affaire
de sa vie. Elle aimait, elle était aimée. Sans doute elle n’avait pas ressenti
l’ivresse rêvée. Mais l’éprouve‐t‐on jamais ? Elle était l’amie d’un bon et
honnête garçon, fort apprécié des femmes, très recherché dans le monde,
qui passait pour dédaigneux et difficile et qui lui montrait un sentiment
vrai. Le plaisir qu’elle lui donnait et la joie d’être belle pour lui l’attachait à
cet ami. Il lui rendait la vie, non pas constamment délicieuse, mais très facile
à supporter, et, par moments, agréable.
Ce qu’elle n’avait pas deviné dans sa solitude, malgré l’avertissement
des malaises vagues et des tristesses sans causes, sa nature intime, son
tempérament, sa vocation véritable, il les lui avait révélés. Elle se connut en
20
le connaissant. Ce fut un étonnement heureux. Leurs sympathies n’étaient
ni dans l’esprit ni dans l’âme. Elle avait pour lui un goût simple et précis qui
ne s’usait pas vite. Et dans ce moment même elle se plaisait à l’idée de le
retrouver le lendemain dans le petit appartement de la rue Spontini, où ils
se voyaient depuis trois ans. C’est avec une petite secousse de tête assez
violente, avec un haussement d’épaule plus brutal qu’on ne l’eût attendu de
cette dame exquise que, seule au coin du feu maintenant éteint, elle se dit à
elle‐même : «Voilà ! J’ai besoin d’amour, moi! »
(A. France, Le Lys rouge, 1894)
Intérêt linguistique
1. Trouvez dans le fragment des mots qui sont liés avec le champ lexical de
l’amour. Quelle orientation de sens engendrent-ils ?
2. Expliquez la différence de la signification entre les mots amour, passion,
liaison, affection, aventure, coup de foudre, adoration, adultère.
3. Dégagez de l’extrait les adjectifs-épithètes (annexe 1) qui décrivent la
dame / son mari / le marquis de Ré / Robert Le Ménil.
4. Faites la liste des verbes de sensation de l’extrait.
5. Trouvez dans l’extrait les exemples du discours indirect libre et précisez
leur rôle.
Intérêt littéraire
I. Questions sur le sujet
1. Que ce fragment représente-t-il du point de vue de sa composition?
2. Faites le plan détaillé de ce texte.
II. L’art du récit
1. Comment l’auteur décrit-il les sentiments de la dame amoureuse ?
2. Remplissez la fiche d’identification de l’extrait en vous basant sur le
document de l’annexe 3.
Fiche d’identification
Contexte :
Sens littéral du texte :
Catégorie littéraire :
Genre :
Mouvement :
Type de texte :
21
Registre :
Visée littéraire :
3. Préparez le commentaire de l’extrait selon le modèle de l’annexe 3.
III. Invitation à la discussion
1. Cet extrait vous a-t-il donné envie de lire le roman? Quelle que soit votre
réponse, dites pourquoi.
2. Quels sentiments (respect, justification, mépris, approbation, etc.) la dame
évoque-t-elle ? Argumentez.
3. Quelle est la place de l’amour dans la vie d’une femme / d’un homme ? Trouvez
quelques citations pour confirmer votre avis.
4. Analysez et interpétez les citations de A.France.
 « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière,
si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière,
folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui
être infidèle».
(Les Matinées de la Villa Saïd, 1921)
 « Ah ! c'est que les mots sont des images, c'est qu'un dictionnaire c'est
l'univers par ordre alphabétique. À bien prendre les choses, le dictionnaire
est le livre par excellence».
(La Vie littéraire)
 « Ma faiblesse m'est chère. Je tiens à mon imperfection comme à ma
raison d'être».
(Le Jardin d'Épicure, 1894)
5. Préparez un exposé sur une (des) œuvre (s) de A. France et présentez-le à
vos coétudiants.
22
Henri Bergson
(1859 – 1941)
Fils d’un immigré juif polonais, Henri Bergson
accomplit de brillantes études au Lycée Condorcet, puis à
l’École Normale Supérieure où il entra en 1878, et fut reçu
quatrième à l’agrégation de philosophie en 1881, derrière
J.Jaurès. Sa carrière d’enseignant, commencée en province
(Angers, Clermont-Ferrand), le conduisit vers des postes de plus en plus
prestigieux, aux lycées Louis-le-Grand et Henri IV à Paris, puis dans
l’enseignement supérieur à partir de 1897 où il devint maître de conférences à
l’École Normale Supérieure. Enfin, aboutissement d’une carrière exemplaire, la
chaire de philosophie grecque et latine au Collège de France lui fut attribuée en
1900.
Il avait à cette date déjà publié deux de ses œuvres majeures: en 1889,
son Essai sur les données immédiates de la conscience, titre de sa thèse de
doctorat, et en 1896, Matière et Mémoire. L’ensemble de son œuvre — qui
comporte notamment L’Évolution créatrice (1907), et Les Deux Sources de la
morale et de la religion (1932) — s’inscrivait contre le formalisme kantien et les
différentes formes de positivisme et de scientisme. S’appuyant sur les
connaissances modernes en psychologie, Bergson définissait pour la philosophie
des voies nouvelles. Faisant de la pensée une expérience de l’esprit qui va
immédiatement à celui-ci comme à son objet, il liait conscience et durée.
Charles Péguy a pu dire de Bergson: «Il est celui qui a réintroduit la vie
spirituelle dans le monde». Et l’on se rappelle aussi le jugement de Paul Valéry:
«Très haute, très pure, très supérieure figure de l’homme pensant». Ses
contemporains, qui ne s’étaient pas trompés sur son importance et son influence,
multiplièrent les distinctions à son égard. Élu dès 1901 à l’Académie des
Sciences morales et politiques, entré à l’Académie française en 1914, il reçut en
1928 le Prix Nobel de littérature “en reconnaissance de ses idées riches et
vivifiantes et la compétence brillante avec laquelle ils ont été présents” et fut
élevé en 1930 à la dignité de Grand-croix de la Légion d’honneur.
Parmi les philosophes les plus récents, Henri Bergson est celui qui nous
rappelle le plus les grands penseurs de la Grèce Antique; écrivain remarquable,
doué d’un esprit analytique et synthétique à la fois, au style souvent poétique, il
demeure toujours clair et précis, et, pour ainsi dire collé aux faits, à l’expérience.
Bergson amorce un tournant important dans l’évolution de la philosophie: il
marque la fin de l’époque cartésienne (où la philosophie évolue dans les cadres
des sciences physiques et mathématiques), et apporte une contribution majeure à
la philosophie de la vie, (où les cadres de la pensée philosophique doivent tenir
compte du développement des sciences biologiques, psychologiques et
23
sociologiques). Les concepts clefs de sa philosophie sont la durée, l’intuition,
l’élan vital et les rapports entre l'âme et le corps.
En raison de son style, de son intérêt pour les problèmes psychologiques
et de son appel permanent à l’expérience commune, H.Bergson a comblé le
fossé existant entre la philosophie et la littérature. Une étude de la littérature
contemporaine montre aisément que les notions de temps, de durée, d’espace, de
conscience et de personnalité ont pénétré le roman, la poésie et le théâtre.
(d’après www.academie-francaise.fr
et http://www.cvm.qc.ca)
Le savez-vous?
Le thème fondamental du bergsonisme est le temps en tant que
durée. Ainsi H.Bergson est le fondateur de l’intuitivisme. Selon lui,
l’intuition de la durée permet de pénétrer à l’intérieur de la réalité,
c’est-à-dire de saisir le temps, le mouvement et la vie dans leur
dynamisme même, alors que l’intelligence mathématique demeure à l’extérieur
de l’objet.
Dans son Essai sur les données immédiates de la conscience (1889),
H.Bergson oppose la durée de la conscience et le temps scientifique. Cette
influence s’était exercée aussi sur tels écrivains que M.Proust,
Ch.Péguy, R.Rolland, P.Bourget, J.Malègue et autres.
(d’après Wikipedia)
Découvrez l’œuvre en lisant le fragment ci-dessous.
“La conscience et la vie” (1919)
Dans son œuvre H.Bergson s’interroge sur la nature de
la conscience. Selon lui, elle se manifesterait par un choix, et
serait tournée soit vers le passé, (mémoire, c’est à dire
création) soit vers le futur (anticipation, c’est à dire choix.)
Ainsi, il y aurait des fluctuations de la conscience. L’humanité
se définit souvent par sa conscience: si nous acceptons que
celle-ci puisse osciller, n’y-a-t’il pas un risque de négation de
la conscience et donc de l’humanité de certains? Si la conscience est "synonyme
de choix", tous ceux qui adhèrent à un dogme sont-ils encore conscients? Si la
mémoire est création, quelles en sont les conséquences pour l’art ou la
théologie ? Enfin, le temps et le divin peuvent-il coexister avec cette conscience
Bergsonienne?
24
I
l me paraît donc vraisemblable que la conscience, originellement
immanente à tout ce qui vit, s’endort là où il n’y a plus de mouvement
spontané, et s’exalte quand la vie appuie vers l’activité libre. Chacun
de nous a d’ailleurs pu vérifier cette loi sur lui-même. Qu’arrive-t-il quand
une de nos actions cesse d’être spontanée pour devenir automatique? La
conscience s’en retire. Dans l’apprentissage d’un exercice, par exemple,
nous commençons par être conscients de chacun des mouvements que nous
exécutons, parce qu’il vient de nous, parce qu’il résulte d’une décision et
implique un choix, puis, à mesure que ces mouvements s’enchaînent
davantage entre eux et se déterminent plus mécaniquement les uns des
autres, nous dispensant ainsi de nous décider et de choisir, la conscience
que nous en avons diminue et disparaît. Quels sont, d’autre part, les
moments où notre conscience atteint le plus de vivacité ? Ne sont-ce pas
les moments de crise intérieure, où nous hésitons entre deux ou plusieurs
partis à prendre, où nous sentons que notre avenir sera ce que nous l’aurons
fait? Les variations d’intensité de notre conscience semblent donc bien
correspondre à la somme plus ou moins considérable de choix ou, si vous
voulez, de création, que nous distribuons sur notre conduite. Tout porte à
croire qu’il en est ainsi de la conscience en général. Si conscience signifie
mémoire et anticipation, c’est que conscience est synonyme de choix.
( H.Bergson, La conscience et la vie , 1919).
Intérêt linguistique
1. Renseignez-vous dans le dictionnaire sur l’étymologie du mot la
conscience. Est-ce que l’étymologie vous a aidé à mieux comprendre son
sens?
2. Trouvez pour le mot la conscience ses dérivés, précisez leur signification.
3. Dégagez de la liste ci-dessous les synonymes du verbe résulter:
découler, terminer, vérifier, s’ensuivre, commencer,dépendre, entraîner,
impliquer, aboutir, procéder, provenir,ressortir.
4. Expliquez leurs nuances de sens.
Intérêt littéraire
I.Questions sur le sujet
1. Avec quelles notions la conscience est-elle liée ?
2. Quels synonymes propose l’auteur à ce mot ?
3. Est-ce que la thèse de Bergson est affirmée ou simplement donnée comme
vraisemblable? Pourquoi ?
25
III. Invitation à la discussion
1. Commentez les idées de H. Bergson exposées dans ce passage.
2. Est-ce que la conscience est une notion constante qui ne peut pas
subir de changements?
3. Comment se produit l’évolution de la conscience selon l’auteur ?
Selon vous ?
4. Analysez et interpétez les citations de H.Bergson.
 “Agir librement, c'est reprendre possession de soi, c'est se replacer
dans la pure durée”.
 “Il faut agir en homme de pensée et penser en homme d'action”.
 “L'art vise à imprimer en nous des sentiments plutôt qu'à les
exprimer”.
 “La conscience est un trait d'union entre ce qui a été et ce qui sera, un
pont jeté entre le passé et l'avenir”.
 “La durée est essentiellement une continuation de ce qui n'est plus
dans ce qui est”.
 “Un être ne se sent obligé que s'il est libre, et chaque obligation,
prise à part, implique la liberté”.
5. Comment la littérature est liée avec la philosophie? Préparez un
exposé avec des justificatifs concrets sur ce sujet.
26
Roger-Martin du Gard
(1881 – 1958)
Un grand écrivain français est né à Neuilly-surSeine, dans une famille aisée composée surtout de
magistrats et d'avocats.
Roger étudie au lycée Condorcet. Sa vocation littéraire
est précoce, et il en saisit la mesure dès la lecture de Guerre
et Paix de Tolstoï. Il commence donc des études de lettres,
mais rate sa licence. Dès lors, Martin du Gard se tourne vers le concours de
l'Ecole des Chartes où il obtient son diplôme d'archiviste paléographe.
En 1913, Roger Martin du Gard publie Jean Barois. Ce roman lui permet
de devenir ami avec André Gide. Cette œuvre est spécifique, car il ne cherche
pas à prouver quelque chose. Jamais le romancier ne juge ou ne condamne; il
préfère raconter, avec un détachement assez objectif, la manière dont la religion
évolue en son temps. De même, la seconde partie de l'œuvre revient sur l'affaire
Dreyfus1.
En 1913 toujours, l'écrivain devient dramaturge avec une farce paysanne
intitulée Le Testament du père Leleu. La pièce est mise en scène par Jacques
Copeau, qui vient à peine d'ouvrir le théâtre du Vieux-Colombier.
C'est le début d'une grande amitié entre les deux hommes. Dès cette
période d'ailleurs, Roger conçoit l'idée d'écrire plusieurs pièces satiriques dans le
cadre d'une « Comédie nouvelle ». Mais le projet ne verra pas le jour. Martin du
Gard revient donc vers le roman.
Suite à la première guerre mondiale, l'écrivain imagine un projet de
roman-fleuve («de longue haleine») sur le sujet « deux frères » (Les Thibault).
On y suit leurs trajectoires personnelles et découvre un large tableau réaliste de
la France, à la veille de la première guerre mondiale. L'auteur décrit l'ensemble
d'une époque et d'une classe sociale, celle de la bourgeoisie parisienne. De plus,
Thibault est un personnage qui débute en tant qu'écrivain et découvre le
socialisme, ce qui permet de composer un roman multidimensionnel.
En 1937, Roger Martin du Gard obtient le prix Nobel de littérature "pour
la puissance artistique et la vérité avec laquelle il a dépeint le conflit humain
aussi bien que quelques aspects fondamentaux de vie contemporaine dans son
cycle nouveau Les Thibault".
un scandale judiciaire et politique qui divisa l'opinion française entre 1894 et 1906: le
capitaine de l’armée française Alfred Dreyfus avait été reconnu coupable de haute trahison,
fut condamné à la dégradation et à la déportation mais réhabilité en 1906. Cette affaire eut
des conséquences durables sur la vie politique française.
1
27
De 1939 à 1945, il passe la plupart de son temps à Nice, où il travaille sur
les Souvenirs du lieutenant-colonel de Maumort, un ouvrage qui restera
finalement inachevé, bien que publié à titre posthume.
Après sa mort, de nombreux admirateurs travaillent à la publication de ses
œuvres posthumes. On y retrouve notamment des nouvelles.
(d’après http://www.fichesdelecture.com)
Le savez-vous?
La saga est un genre littéraire développé dans l'Islande
médiévale, aux XIIe et XIIIe siècles, consistant en un récit historique
en prose, ou bien une fiction ou légende.
De nos jours, le mot saga est repris dans le langage courant
pour désigner un cycle romanesque en plusieurs volets ou certaines œuvres à
caractère épique. De manière plus générale, le terme est également utilisé de
manière métaphorique pour désigner une histoire — fictive ou non — qui
connaîtrait de nombreux épisodes ou rebondissements.
La saga familiale est une épopée familiale quasi légendaire se déroulant
sur plusieurs générations dont l’exemples sont telles œuvres que Les Thibault de
R.-M.du Gard, Guerre et Paix de L. Tolstoï, Les Boussardel de Ph. Heriat, Les
Rougon-Macquart de E. Zola et autres.
(d’après Larousse « Dictionnaire mondial des littératures »)
Découvrez l’œuvre en lisant le fragment ci-dessous.
“Les Thibault” (1920-1940)
Cette suite romanesque de Roger Martin du
Gard comprend 8 romans : le Cahier gris (1922), le
Pénitencier (1922), la
Belle
Saison (1923), la
Consultation (1928), la Sorellina (1928), la Mort du
Père (1929), l'Eté 1914 (1936) et Epilogue (1940). Le
roman-fleuve couvre les années 1905-1918 et nous relate
la vie d'une famille bourgeoise d'avant 1914, au travers du
destin de deux frères que la première guerre mondiale va
opposer. L'aîné, Antoine, est un brillant étudiant en
médecine, interne aux hôpitaux de Paris, dévoué aux autres et assez
conservateur, il va se vouer entièrement à sa carrière. Le cadet, Jacques, lui, est
un révolté. Les destins opposés d'Antoine et de Jacques Thibault, les feront
vivre jusqu'à leur mort dans l'incompréhension l'un de l'autre.
Dans le volume intitulé l’Eté 14, on assiste à l’approche de la guerre.
Jacques et Antoine n’ont pas du tout le même regard sur la situation. Jacques
28
s’attend à ce qu’une guerre éclate; Antoine ne pense pas que la guerre soit
possible.
T
u crois vraiment qu’une guerre couve dans les Balkans?
Jacques regardait fixement son frère :
– « Est‐ce possible qu’à Paris vous n’ayez pas encore la moindre
notion de ce qui se passe depuis trois semaines ? Tous ces présages qui
s’accumulent! Il ne s’agit plus d’une petite guerre dans les Balkans: c’est
toute l’Europe, cette fois, qui va droit à une guerre! Et vous continuez à
vivre, sans vous douter de rien?»
– «Tzs tzs», fit Antoine, sceptique.
Pourquoi pensa‐t‐il soudain au gendarme qui était venu, un matin, de
cet hiver à l’heure où il allait partir pour l’hôpital, changer l’ordre de
mobilisation de son livret? Il se souvint qu’il n’avait même pas eu la
curiosité de regarder quelle était sa nouvelle affectation. Après le départ du
gendarme, il avait jeté le livret dans quelque tiroir – il ne savait même plus
où…
– «Tu n’as pas l’air de comprendre, Antoine… Nous sommes arrivés au
moment où, si tous font comme toi, si tous laissent les choses aller, la
catastrophe est inévitable… Déjà, à l’heure actuelle, il suffirait, pour la
déclencher, d’un rien, d’un stupide coup de feu sur la frontière austro‐
serbe… »
Antoine ne disait rien. Il venait de recevoir un léger choc. Une bouffée de
chaleur lui enflamma le visage. Ces paroles touchaient brusquement en lui
comme un point secret que, jusqu’alors, aucune sensibilité particulière ne
lui avait permis de localiser. Lui aussi, comme tant d’autres en cet été de
1914, se sentait vaguement à la merci d’une fébrilité collective, contagieuse
– d’ordre cosmique, peut‐être ? – qui circulait dans l’air. Et, pendant
quelques secondes, il subit, sans pouvoir s’en défendre, l’angoisse d’un
pressentiment. Il surmonta presque aussitôt cet absurde malaise, et,
réagissant à l’extrême, comme toujours, il prit plaisir à contredire son frère
– mais sur un ton conciliant:
– « Naturellement, là dessus, je suis moins renseigné que toi… Tout de
même, reconnais avec moi que, dans une civilisation comme celle de
l’Europe occidentale, l’éventualité d’un conflit général est à peu près
impossible à imaginer! Avant d’en arriver là, il faudrait, en tout cas de tels
revirements d’opinion!.. Cela demanderait du temps, des mois, des années
peut être… pendant lesquels d’autres problèmes surgiraient, qui
enlèveraient à ceux d’aujourd’hui leur virulence…»
Il sourit tout à fait rasséréné par son propre raisonnement.
(R.-M. du Gard, Les Thibault.L’été 1914, 1936)
29
Intérêt linguistique
1. Trouvez dans l’extrait les mots et les locutions qui expriment les
sentiments différents des personnages. Complétez cette liste par des mots
déjà connus.
2. Trouvez dans l’extrait les phrases avec des subordonnées différentes,
précisez leur type (relative, de but, de conséquence, etc.). Précisez la
prédominance d’un type.
3. Dégagez de l’extrait des locutions qui expriment le doute.
Intérêt littéraire
I.Questions sur le sujet
1. Quel est le sujet de l’extrait?
2. En quoi consiste la divergence des points de vue des frères?
3. Qui parmi eux incarne la révolte, la prudence, le sens du devoir et le
respect de l’ordre établi?
4. Qui est plus convaincant?
5. De quelle guerre s’agît-il?
6. Qui a raison: Jacques ou Antoine?
II. L’art du récit
1. Composez le portrait moral et physique de chaque personnage.
2. Grâce à quoi l’auteur a-t-il réussi à illustrer leurs caractères différents?
3. Remplissez la fiche d’identification de l’extrait en vous basant sur le
document de l’annexe.
Fiche d’identification
Contexte :
Sens littéral du texte :
Catégorie littéraire :
Genre :
Mouvement :
Type de texte :
Registre :
Visée littéraire :
4. Préparez le commentaire de l’extrait selon le modèle de l’annexe 3.
30
III. Invitation à la discussion
1. Ce fragment vous a-t-il donné envie de lire le roman? Quelle que soit votre
réponse, dites pourquoi.
2. Connaissez-vous les causes de la première guerre mondiale?
3. Est-ce que vous partagez l’idée qu’une guerre peut arriver à
n’importe quel moment, sans que l’on s’en rende vraiment compte.
4. Selon vous tout citoyen doit être vigilant et agîr contre le
déclenchement de la guerre ou des conflits militaires? En quoi
consiste cette vigilance?
5. Des conflits militaires d’aujourd’hui sont-ils inévitables?
6. Analysez et interpétez les citations de R.-M.du Gard.
 “La vie serait impossible si l'on se souvenait, le tout est de choisir ce
qu'on doit oublier”.
(Les Thibault, 1920-1940)
 “Le difficile n'est pas d'avoir été quelqu'un, c'est de le rester”.
(Les Thibault, 1920-1940)
 “Ceux qui sont "bien pensants", parce qu'ils ne peuvent pas être
"pensants" tout court”.
(Jean Barois, 1913)
 “Les vainqueurs prennent immédiatement les vices des vaincus”.
(Jean Barois, 1913)
7. Préparez un exposé sur une (des) œuvre (s) de R.-M. du Gard et
présentez-le à vos coétudiants.
31
André Gide
(1869-1951)
André Gide naît à Paris. Il appartient à une famille
protestante de la haute bourgeoisie. Son père est professeur
de droit.
La jeunesse de l'écrivain est donc marquée par une
éducation très puritaine, entre Paris et la Normandie. Gide est, de plus, un enfant
à la santé fragile, et ses nerfs le conduisent souvent à des crises qui l'envoient en
cure. Lorsqu'il atteint l'âge de 11 ans, son père décède brutalement. Au-delà de
la douleur qu'il éprouve, le jeune André Gide connaît un autre changement dans
sa vie: il sera désormais entouré par des femmes.
Très jeune, André Gide fréquente les cercles littéraires symbolistes. Puis
dès 1893, il assume son homosexualité lors d'un voyage en Afrique du Nord. Par
la suite il compose Paludes, un recueil symboliste important. Quelques ans après
André Gide compose les Nourritures Terrestres (1897), l'un de ses chefsd'œuvre. La critique le salue.
Dans les années avant la guerre, Paul Claudel essaie de convertir l'écrivain
au christianisme, mais Gide s'y refuse et coupe les ponts avec son ami.
Toutefois, la guerre déclenchera en lui une véritable crise religieuse intérieure.
Les années suivantes voient les publications se multiplier : L'Immoraliste
(1902), La Porte Etroite (1909), Les Caves du Vatican, La Symphonie Pastorale
(1919), Les Faux-monnayeurs (1925)...
Son œuvre porte sur le couple, la morale, la religion, les sentiments
humains... L'autobiographie Si le grain ne meurt vient raconter, en 1926, son
enfance bourgeoise, la question de sa sexualité… En parallèle, Gide vit plusieurs
liaisons, avec des femmes et des hommes.
Les voyages marquent un tournant dans son approche en 1925 et 1926, car
Gide est choqué par le colonialisme (Voyage au Congo, 1927). Dans les années
30, Gide s'intéresse au communisme, mais il est ensuite désillusionné après
avoir constaté les dérives qui ont lieu en URSS. Les écrivains du Parti
s'acharnent contre lui, mais il continue de dénoncer le totalitarisme puis le
fascisme.
En 1947, on lui attribue un Prix Nobel de littérature “pour ses écritures
complètes et artistiquement significatives, dans lesquelles des problèmes
humains et des conditions ont été présentés avec un amour intrépide de vérité et
une perspicacité psychologique aigu”.
André Gide décède le 19 février 1951. Son œuvre est mise à l'Index par le
(d’après www.cle.ens-lyon.fr)
Vatican en 1952.
32
Le savez-vous?
Le modernisme est un courant littéraire et artistique qui atteint
son apogée dans les premières décennies du XXe siècle. Il est
caractérisé par son aspect international, mais aussi interdisciplinaire,
puisqu'il touche tant les différents genres littéraires (roman, nouvelle,
poésie, théâtre) que les arts visuels, de la peinture à la sculpture, ou encore
l'architecture et la musique. Il peut être défini par une grande innovation et
expérimentation formelles, qui traduisent une nouvelle manière de penser l'art, en
rupture avec le réalisme du XIXe siècle. Cette nouvelle conception de l'art et de son
rapport au réel est liée à une nouvelle représentation du monde, elle-même
indissociable de l'expérience de la modernité. Le modernisme est le produit d'un
monde caractérisé par un bouleversement socio-économique, politique,
philosophique et technologique. Les œuvres de A.Gide représentent le modernisme.
(d’après www.cle.ens-lyon.fr)
Découvrez l’œuvre en lisant le fragment ci-dessous.
“La Symphonie pastorale” (1919)
Gertrude, une jeune fille aveugle et orpheline de
sa grand-mère, est recueillie par un pasteur qui
l'accueille auprès de sa famille. Il tient un journal intime
dans lequel il raconte les difficultés de la jeune fille et
l'éducation protestante qu'il lui offre. Le pasteur finit par
tomber amoureux de Gertrude à qui il peint la vie à
travers le prisme du bien; néanmoins, son fils Jacques,
également amoureux, est convié à quitter la maison
familiale. Après l'opération chirurgicale, Gertrude
recouvre la vue et se rencontre d’aimer le fils plus que le
père, et Gertrude est attristée par le sentiment de
bonheur aveugle suscitée chez elle en lui cachant le mal
et le péché. Déçue par la morale protestante, elle prend conscience de ne pas
avoir goûté au bonheur et souhaite mettre fin à sa vie. Ce suicide est l'apogée
d'un sentiment de culpabilité à l'égard du pasteur, d'Amélie et du fils.
n des premiers jours d’août, il y a à peine un peu plus de six
mois de cela, n’ayant point trouvé chez elle une pauvre veuve à
qui j’allais porter quelque consolation, je revins pour prendre
Gertrude à l’église où je l’avais laissée; elle ne m’attendait point si tôt
et je fus extrêmement surpris de trouver Jacques auprès d’elle. Ni l’un
ni l’autre ne m’avaient entendu entrer, car le peu de bruit que je fis fut
33
couvert par les sons de l’orgue. Il n’est point dans mon naturel d’épier,
mais tout ce qui touche à Gertrude me tient à cœur : amortissant donc
le bruit de mes pas, je gravis furtivement les quelques marches de
l’escalier qui mène à la tribune; excellent poste d’observation. Je dois
dire que, tout le temps que je demeurai là, je n’entendis pas une parole
que l’un et l’autre n’eussent aussi bien dite devant moi. Mais il était
contre elle et, à plusieurs reprises, je le vis qui prenait sa main pour
guider ses doigts sur les touches. N’était‐il pas étrange déjà qu’elle
acceptât de lui des observations et une direction dont elle m’avait dit
précédemment qu’elle préférait se passer? J’en étais plus étonné, plus
peiné que je n’aurais voulu me l’avouer à moi‐même et déjà je me
proposais d’intervenir lorsque je vis Jacques tout à coup tirer sa
montre.
– Il est temps que je te quitte, à présent, dit‐il ; mon père va
bientôt revenir.
Je le vis alors porter à ses lèvres la main qu’elle lui abandonna;
puis il partit. Quelques instants après, ayant redescendu sans bruit
l’escalier, j’ouvris la porte de l’église de manière qu’elle pût l’entendre
et croire que je ne faisais que d’entrer.
– Eh bien, Gertrude ! Es‐tu prête à rentrer ? L’orgue va bien ?
– Oui, très bien, me dit‐elle de sa voix la plus naturelle;
aujourd’hui j’ai vraiment fait quelques progrès.
Une grande tristesse emplissait mon cœur, mais nous ne fîmes
l’un ni l’autre aucune allusion à ce que je viens de raconter.
Il me tardait de me trouver seul avec Jacques. Ma femme,
Gertrude et les enfants se retiraient d’ordinaire assez tôt après le
souper, nous laissant tous deux prolonger studieusement la veillée.
J’attendais ce moment. Mais devant que de lui parler je me sentis le
cœur si gonflé et par des sentiments si troublés que je ne savais ou
n’osais aborder le sujet qui me tourmentait.
(A.Gide, La Symphonie pastorale, 1919)
Intérêt linguistique
1. Trouvez dans l’extrait des mots qui sont liés avec le champ lexical de
la jalousie. Quelle orientation de sens engendrent-ils ?
2. Faites la liste des mots qui décrivent l’état de l’âme du pasteur.
34
Intérêt littéraire
I.Questions sur le sujet
1. Quel est le sujet de cet extrait ?
2. Quels masques portent Jacques, Gertrude, le pasteur ? Que cachentils derrière leurs masques?
II. L’art du récit
1. Quelle est la structure du fragment ?
2. A quoi sert la forme d’un journal employée par l’auteur ?
3. Comment l’auteur décrit un drame purement intérieur du pasteur ?
En quoi consiste-t-il ?
4. Remplissez la fiche d’identification de l’extrait en vous basant sur le
document de l’annexe.
Fiche d’identification
Contexte :
Sens littéral du texte :
Catégorie littéraire :
Genre :
Mouvement :
Type de texte :
Registre :
Visée littéraire :
5. Préparez le commentaire de l’extrait selon le modèle de l’annexe 3.
III. Invitation à la discussion
1. Cet extrait vous a-t-il donné envie de lire le roman? Quelle que soit votre
réponse, dites pourquoi.
Est-il possible pour le pasteur de tomber amoureux? La vie affective
chez un prêtre est-elle admissible? L’infidélité est-elle un péché?
2. Quelles formes de l’amour s'expriment dans ce fragment (amour
parental, filial, marital, coup de foudre et même amour interdit).
Quelle forme pose le problème moral?
3. Comment sont liés l’amour et le péché?
35
4. Comment comprenez-vous les derniers mots de l’œuvre: “Mon coeur
plus aride que le désert”?
5. Analysez et interpétez les citations de A.Gide.
 “L’homme est incapable de choix et il agit toujours cédant à la
tentation la plus forte.”
(Journal, 1939)
 “Toutes choses sont dites déjà; mais comme personne n’écoute, il
faut toujours recommencer.”
(Traité du Narcisse, 1891)
 “Pour moi, être aimé n’est rien, c’est être préféré que je désire.”
(Lettre à Paul Valéry, 1947)
 “Il faut de l’esprit pour bien parler, de l’intelligence suffit pour bien
écouter.”
(Journal, 1939)
 “Le présent serait plein de tous les avenirs, si le passé n’y projetait
déjà une histoire.”
(Les Nourritures terrestres, 1897)
6. Préparez un exposé sur un (des) oeuvre (s) de A.Gide et présentez-le
à vos coétudiants.
36
François Mauriac
(1885-1970)
Issu d’une famille bourgeoise, catholique et
conservatrice, François Mauriac devait rester sa vie durant
profondément attaché à ses racines bordelaises, ainsi qu’il
apparaîtra dans la plupart de ses romans.
Après des études secondaires dans sa ville natale, il
prépara à la faculté une licence de lettres, puis entra à Paris à l’École des Chartes
qu’il abandonna en 1909 pour se consacrer uniquement à la littérature.
Les maîtres de son adolescence furent Maurras et Barrès. Son premier
recueil de vers: Les Mains jointes (1909), salué par Barrès précisément, fut suivi
d’un autre recueil, Adieu à l’adolescence(1911), et de deux romans : L’Enfant
chargé de chaînes (1913), La Robe prétexte (1914).
Envoyé à Salonique en 1914, François Mauriac, réformé pour raison de
santé, ne participa guère aux combats. Les années d’après guerre allaient être
pour lui celles de la gloire littéraire. Donnant la pleine mesure de son talent
romanesque, il publia coup sur coup plusieurs de ses œuvres majeures, Le Baiser
au lépreux (1922), Le Fleuve de feu (1923), Génitrix (1923), Le Désert de
l’amour (1925), Thérèse Desqueyroux (1927), Le Nœud de vipères (1932), Le
Mystère Frontenac (1933).
Satires cruelles du pharisianisme bourgeois, ses romans sont avant tout
l’œuvre d’un « catholique qui écrit » comme il se plaisait à se définir lui-même.
C’est le combat en chaque homme entre Dieu et Mammon, pour reprendre le
titre de l’un de ses essais, que Mauriac décrit, sondant les abîmes du mal et
cherchant à percer les mystères de la Rédemption.
Au faîte de sa gloire, François Mauriac allait modifier, au milieu des
années 1930, son regard sur le monde ; délaissant quelque peu la littérature, il
allait s’engager dans le combat politique. Il entreprit de dénoncer la menace
fasciste.
Lorsque éclata la Seconde Guerre mondiale, François Mauriac avait
définitivement choisi son camp: il appartint sous l’Occupation à la résistance
intellectuelle, participa au premier numéro des Lettres françaises clandestines,
en 1942, et publia, en 1943, toujours clandestinement, sous le pseudonyme de
Forez, Le Cahier noir.
À soixante ans, le Mauriac d’après-guerre se fit surtout écrivain politique.
De 1952 à sa mort, chroniqueur au Figaro, auquel il collaborait depuis 1934,
puis à L’Express, il devait livrer chaque semaine, dans son « Bloc-notes », d’une
plume souvent polémique, sa critique des hommes et des événements. En 1952,
il condamna la répression de l’insurrection marocaine et apporta à la cause de la
décolonisation toute l’autorité du prix Nobel de Littérature, qu’il venait de
37
recevoir en 1951 "pour la perspicacité spirituelle profonde et l'intensité artistique
avec laquelle il avait pénétré dans ses romans dans le drame de vie humaine".
Lauréat du grand prix du roman de l’Académie française en 1926,
président de la Société des Gens de lettres en 1932, François Mauriac fut élu à
l’Académie française le 1er juin 1933, par 28 voix au premier tour, à la
succession d’Eugène Brieux. Cette « élection de maréchal » survenait alors que
le romancier, gravement malade, venait d’être opéré d’un cancer des cordes
vocales.
(d’après www.academie-francaise.fr)
Le savez-vous?

La Renaissance littéraire catholique en France est un
mouvement littéraire propre à ce pays (avec des conséquences
dans les pays francophones), initié dès les années 1910. Il
regroupe des écrivains catholiques désireux d'édifier une
esthétique propre à leur conviction ou leur foi et qui, dans leur esprit, doit
servir à la reconquête religieuse de la fille aînée de l'Église égarée dans un
« laïcisme » dont la loi de séparation des Églises et de l'État de 1905 est le
moment culminant. Le moyen d'y parvenir à leurs yeux, c'est la littérature et,
au-delà, la pensée à un moment où s'affirme la nouvelle figure de l'intellectuel
à l'occasion de l'Affaire Dreyfus. F.Mauriac est un prosateur célèbre de ce
mouvement.

Il y a dans la littérature française deux romans, écrits à deux époques
différentes et par des auteurs très différents, qui ont toujours fait forte
impression par la communauté de leur inspiration. Il s’agit de Madame
Bovary (1857) de G.Flaubert et de Thérèse Desqueyroux (1927) de
F.Mauriac. Flaubert appartient au courant réaliste. Mauriac, lui paraît
plutôt «classique dans ses articulations, romantique dans ses effusions, et
symboliste dans son esprit…». Il n’y a donc ni possibilité, ni raison de
rapprocher des styles si différents. Mais des liens subtils qui font que les
destins des deux héroïnes principales se reflètent, par-delà les années, les
courants et écoles littéraires, mais sans jamais se coïncider tout à fait, ont
engendré cette comparaison.
(d’après Larousse «Dictionnaire mondial des littératures»)
Découvrez l’œuvre en lisant le fragment ci-dessous.
“Thérèse Desqueyroux”(1927)
L’héroïne éponyme se remémore son passé: jeune
bourgeoise, intelligente et réfléchie, orpheline de mère, elle a été
élevée par un père radical et anticlérical. Elle a épousé Bernard
Desqueyroux, fils et héritier de riches propriétaires landais; mais
38
très vite choquée par la médiocrité, la lourdeur et le conformisme de son mari,
elle a projeté de l’empoisonner. Pour avoir falsifié des ordonnances et forcé les
doses d’une potion qu’il prenait contre les troubles cardiaques, Thérèse est
passée en justice, mais a obtenu un non-lieu grâce au témoignage favorable de
son mari, désireux d’éviter le scandale. Thérèse, en retour, a dû accepter une
longue période de relégation à Argelouse, hameau perdu dans l’immense forêt
des Landes. Bernard, effrayé par l’état de prostration où elle sombre, la
conduira à Paris, lui imposant ainsi une séparation définitive.
L
'avocat ouvrit une porte. Thérèse Desqueyroux, dans ce couloir
dérobé du palais de justice, sentit sur sa face la brume et,
profondément, l'aspira. Elle avait peur d'être attendue, hésitait à
sortir. Un homme, dont le col était relevé, se détacha d'un platane, elle
reconnut son père. L'avocat cria ‐ "Non‐lieu" et, se retournant vers
Thérèse: "Vous pouvez sortir, il n'y a personne."
Elle descendit des marches mouillées. Oui, la petite place
semblait déserte. Son père ne l'embrassa pas, ne lui donna pas même
un regard; il interrogeait l'avocat Duros qui répondait à mi‐voix,
comme s'ils eussent été épiés. Elle entendait confusément leurs
propos:
"Je recevrai demain l'avis officiel du non‐lieu.
‒ Il ne peut plus y avoir de surprise?
‒ Non: les carottes sont cuites, comme on dit.
‒ Après la déposition de mon gendre, c'était couru.
‒ Couru... couru... On ne sait jamais.
‒ Du moment que, de son propre aveu il ne comptait jamais les
gouttes...
‒ Vous savez, Larroque, dans ces sortes d'affaires, le témoignage de la
victime..."
La voix de Thérèse s'éleva: " Il n'y a pas eu de victime.
‒ J'ai voulu dire: victime de son imprudence, madame."
Les deux hommes, un instant, observèrent la jeune femme
immobile, serrée dans son manteau, et ce blême visage, qui
n'exprimait rien. Elle demanda où était la voiture ; son père l'avait fait
attendre sur la route de Budos, en dehors de la ville, pour ne pas
attirer l'attention.
Ils traversèrent la place: des feuilles de platane étaient collées
aux bancs trempés de pluie. Heureusement, les jours avaient bien
diminué. D'ailleurs, pour rejoindre la route de Budos, on peut suivre
les rues les plus désertes de la sous‐préfecture. Thérèse marchait entre
39
les deux hommes qu'elle dominait du front et qui de nouveau
discutaient comme si elle n'eût pas été présente ; mais, gênés par ce
corps de femme qui les séparait, ils le poussaient du coude. Alors elle
demeura un peu en arrière, déganta sa main gauche pour arracher de
la mousse aux vieilles pierres qu'elle longeait. Parfois un ouvrier à
bicyclette la dépassait, ou une carriole; la boue jaillie l'obligeait à se
tapir contre le mur. Mais le crépuscule recouvrait Thérèse, empêchait
que les hommes la reconnussent. L'odeur de fournil et de brouillard
n'était plus seulement pour elle l'odeur du soir dans une petite ville:
elle y retrouvait le parfum de la vie qui lui était rendue enfin; elle
fermait les yeux au souffle de la terre endormie, herbeuse et mouillée;
s'efforçait de ne pas entendre les propos du petit homme aux courtes
jambes arquées qui, pas une fois, ne se retourna vers sa fille; elle aurait
pu choir au bord de ce chemin: ni lui, ni Duros ne s'en fussent aperçus.
Ils n'avaient plus peur d'élever la voix.
"La déposition de M. Desqueyroux était excellente, oui. Mais il y avait
cette ordonnance: en somme, il s'agissait d'un faux... Et c'était le
docteur Pédemay qui avait porté plainte...
‒ Il a retiré sa plainte...
‒ Tout de même, l'explication qu'elle a donnée... cet inconnu qui lui
remet une ordonnance..."
Thérèse, moins par lassitude que pour échapper à ces paroles
dont on l'étourdissait depuis des semaines, ralentit en vain sa marche;
impossible de ne pas entendre le fausset de son père:
"Je le lui ai assez dit: "Mais, malheureuse, trouve autre chose... trouve
autre chose..."
(F.Mauriac, Thérèse Desqueyroux,1927)
Intérêt linguistique
1. Trouvez dans l’extrait des mots et des locutions qui décrivent le
temps / la saison de l’année où se déroulent les évenements et
évoluent les personnages. Quelle orientation de sens engendrent-ils ?
2. Dégagez de l’extrait les épithètes qui visent à refléter l’état de l’âme
de Thérèse.
3. Quelle est la valeur de l’imparfait et du passé simple dans l’extrait?
4. Comment comprenez-vous le proverbe Les carottes sont cuites ? Y
a-t-il son équivalent russe ?
40
Intérêt littéraire
I.Questions sur le sujet
1. Quelle situation est représentée dans cet extrait?
2. Qui sont ses personnages ? Décrivez-les.
3. Quelles sont les relations entre Thérèse et son père? Argumentez la
réponse.
4. Thérèse Desqueyroux est le seul roman de F.Mauriac qui porte le
nom du personnage principal. Les critiques littéraires trouvent une
étrange alliance entre un prénom mystique “Thérèse”, celui d’une
sainte à la soif dévorante d’absolu et un nom enraciné dans le terreau
gascon (“Desqueyroux” c’est déjà la prison du nom). Vous y
consentez-vous? Pourquoi?
II. L’art du récit
1. Comment Thérèse vous semble-t-elle (coupable / innocente,
vainqueuse / vaincue, désespérée / heureuse, maladroite, émue /
tranquille, etc.)?
2. Comment l’auteur décrit les sentiments de cette dame? S’est-elle
repentie ? Pourquoi ?
3. Dégagez les procédés stylistiques de l’extrait après avoir consulté
l’annexe 1. Expliquez leur sens.
4. Remplissez la fiche d’identification de l’extrait en vous basant sur le
document de l’annexe.
Fiche d’identification
Contexte :
Sens littéral du texte :
Catégorie littéraire :
Genre :
Mouvement :
Type de texte :
Registre :
Visée littéraire :
5. Préparez le commentaire de l’extrait selon le modèle de l’annexe 3.
41
III. Invitation à la discussion
1. Cet extrait vous a-t-il donné envie de lire le roman? Quelle que soit votre
réponse, dites pourquoi.
2. Quels sentiments (respect, justification, mépris, approbation, etc.) Thérèse
évoque-t-elle ? Argumentez.
3. Est-ce possible d’atteindre un but avec n’importe quel moyen, à tout
prix?
4. Quelle est la cause des souffrances de Thérèse? De quoi selon vous
rêve-t-elle?
5. Qu’est-ce que le bonheur pour vous? Est-il facile à atteindre?
Pourquoi?
6. Analysez et interpétez les citations de F.Mauriac.
 “Sa vie ressemblait à une page blanche sur laquelle un maître inconnu
aurait écrit en travers, d'une écriture irritée: Néant”.
(Les Chemins de la mer, 1939)
 “Il n'est plus question pour personne désormais de découper son destin
selon les pointillés imposés par nos manuels de philosophie: intelligence,
sensibilité, volonté”.
(Mémoires intérieurs, 1985)
 “Nous avons tous été pétris et repétris par ceux qui nous ont aimés
et pour peu qu'ils aient été tenaces, nous sommes leur ouvrage, ouvrage
que d'ailleurs ils ne reconnaissent pas, et qui n'est jamais celui qu'ils
avaient rêvé”.
(Le Désert de l'amour, 1924)
 “Notre destin, quand nous voulons l'isoler, ressemble à ces plantes qu'il
est impossible d'arracher avec toutes leurs racines”.
(Thérèse Desqueyroux, 1927)
7. Préparez un exposé sur une (des) œuvre (s) de F. Mauriac et présentezle à vos coétudiants.
42
Albert Camus
(1913 – 1960)
Albert Camus naît à Mondovi (Algérie). Il est
le second enfant de Lucien Camus, ouvrier agricole
et de Catherine Sintes, une jeune servante d'origine
espagnole qui ne sait pas écrire et qui s'exprime
difficilement. Lucien Camus est mobilisé pendant la
première guerre mondiale et meurt lors de la
Bataille de la Marne. Le jeune Albert ne connaîtra
pas son père. Sa mère s'installe alors dans un des quartiers pauvres d'Alger,
Belcourt. Grâce à l'aide de l'un de ses instituteurs, M. Germain, Albert Camus
obtient une bourse et peut ainsi poursuivre ses études au lycée Bugeaud d'Alger.
Il y découvre à la fois les joies du football (il devient le gardien de but du lycée)
et de la philosophie, grâce à son professeur Jean Grenier. Il est alors atteint de la
tuberculose, une maladie qui plus tard, l'empêchera de passer son agrégation de
philosophie.
Il obtient son bac en 1932 et commence des études de philosophie. Cette
année-là il publie ses premiers articles dans une revue étudiante. Il doit exercer
divers petits boulots pour financer ses études et subvenir aux besoins familiaux.
En 1935, il adhère au parti communiste, parti qu'il quittera en 1937. En 1936,
alors qu'il est diplômé d'Etudes Supérieures de philosophie, il fonde le Théâtre
du Travail et il écrit avec 3 amis Révolte dans les Asturies, une pièce qui sera
interdite. Il joue et adapte de nombreuses pièces : Le temps du mépris d'André
Malraux, Les Bas-Fonds de Gorki, Les frères Karamazov de Dostoïevski. En
1938, il devient journaliste à Alger-Républicain où il est notamment chargé de
rendre compte des procès politiques algériens.
La situation internationale se tend. Alger-Républicain cesse sa parution et
Albert Camus part pour Paris où il est engagé à Paris-Soir. En 1942 il milite
dans un mouvement de résistance et publie des articles dans Combats qui
deviendra un journal à la libération. Cette année-là il publie l'Etranger et le
Mythe de Sisyphe. Ces deux livres enflamment les jeunes lecteurs et valent à
Albert Camus d'accéder, dès cette année-là, à la notoriété.
En 1944 il fait la rencontre de Jean-Paul Sartre. Ce dernier souhaiterait qu'il
mette en scène sa pièce Huis Clos. C'est l'époque où les deux philosophes
entretiennent des rapports amicaux : “L'admirable conjonction d'une personne et
d'une œuvre”, écrit Sartre de Camus. Leurs relations vont pourtant s'envenimer
jusqu'au point de non retour.
En 1945, c'est la création de Caligula, qui révélera Gérard Philippe. Deux
ans après, il publie La Peste qui connaît un immense succès. C'est cette année-là
qu'il quitte le journal Combat.
43
En 1951, publication de l'Homme Révolté qui vaut à Camus à la fois les
foudres des surréalistes et des existentialistes. En 1956, il publie La Chute, une
œuvre qui dérange et déroute par son cynisme et son pessimisme.
Albert Camus obtient le prix Nobel en octobre 1957 “pour l'ensemble des
œuvres qui mettent en lumière, avec un sérieux pénétrant les problèmes qui se
posent de nos jours à la conscience des hommes". 3 ans après il se tue dans un
accident de voiture.
L’œuvre littéraire de Albert Camus est au cœur de l'actualité. Célèbre
pour son écriture, mais aussi pour son engagement et son humanisme, l'écrivain
n'a cessé de s'interroger sur la condition humaine, tout en se faisant entendre
lorsqu'une cause le révoltait.
Son œuvre touche à de nombreux genres littéraires, romans, essais,
adaptations théâtrales, correspondances...
Camus reste encore aujourd'hui l'écrivain de l'absurde, de la révolte, de
l'humanisme. Il est donc à la fois un surdoué de l'écriture et un philosophe
sensible, ce qui transparaît dans ses œuvres les plus connues.
(d’après http://www.alalettre.com/camus-bio.php)
Le savez-vous?
La littérature de l'absurde, née pendant la Seconde Guerre
mondiale, illustre le désarroi de l'homme, comme étranger face à
un monde et à une existence dont il ne saisit plus le sens. Cette
notion, qui produit un effet de non-sens, est souvent utilisée pour
désigner un certain type de littérature. Parmi les romans les plus connus traitant
de l'absurde figurent L’Étranger d'Albert Camus ou Le Désert des
Tartares de Dino Buzzati ; on y rattache parfois (bien qu'écrite dans les années
1930) les œuvres de Franz Kafka, voire le Voyage au bout de la nuit de LouisFerdinand Céline.
(d’aprèsLarousse « Dictionnaire mondial des littératures »)
Découvrez l’œuvre en lisant le fragment ci-dessous.
“L’étranger” (1942)
Le personnage principal Meursault, modeste employé
algérois, perd sa mère sans aucun sentiment, puis noue
sans enthousiasme une liaison avec une jeune femme
Marie, “une collègue de bureau”. Le couple passe le
dimanche à la plage avec Raymond, un ami commun
assez peu recommendable. A la suite d’une querelle qui
oppose Raymond à des Arabes, Meursault s’éloigne avec
le revolver de Raymond dans la poche. Il retrouve un des
44
Arabes qui semble le narguer, un couteau à la main. Meursault, égaré par la
chaleur et le soleil, tire quatre coups de revolver sur l’Arabe. Arrêté et jugé, il
ne trouve ni raison ni excuse à son geste et s’entend condamner à mort par un
appareil judiciaire qui s’acharne à le “comprendre” et à le définer. C’est alors
que, après avoir durement éconduit l’aumônier de la prison, il prend goût à la
vie. Il se dispose à subir le châtiment suprême comme un défi à la société.
L
e soir, Marie est venue me chercher et m'a demandé si je voulais me
marier avec elle. J'ai dit que cela m'était égal et que nous pourrions le
faire si elle le voulait. Elle a voulu savoir alors si je l'aimais. J'ai
répondu comme je l'avais déjà fait une fois, que cela ne signifiait rien mais
que sans doute je ne l'aimais pas. "Pourquoi m'épouser alors?" a‐t‐elle dit.
Je lui ai expliqué que cela n'avait aucune importance et que si elle le
désirait, nous pouvions nous marier. D'ailleurs, c'était elle qui le demandait
et moi je me contentais de dire oui. Elle a observé alors que le mariage était
une chose grave. J'ai répondu : "Non". Elle s'est tue un moment et elle m'a
regardé en silence. Puis elle a parlé. Elle voulait simplement savoir si
j'aurais accepté la même proposition venant d'une autre femme, à qui je
serais attaché de la même façon. J'ai dit: "Naturellement."
Elle s'est demandé alors si elle m'aimait et moi, je ne pouvais rien savoir
sur ce point.
Après un autre moment de silence, elle a murmuré que j'étais bizarre,
qu'elle m'aimait sans doute à cause de cela mais que peut‐être un jour je la
dégoûterais pour les mêmes raisons. Comme je me taisais, n'ayant rien à
ajouter, elle m'a pris le bras en souriant et elle a déclaré qu'elle voulait se
marier avec moi. J'ai répondu que nous le ferions dès qu'elle le voudrait. Je
lui ai parlé alors de la proposition du patron et Marie m'a dit qu'elle
aimerait connaître Paris. Je lui ai appris que j'y avais vécu dans un temps et
elle m'a demandé comment c'était. Je lui ai dit: "C'est sale. Il y a des pigeons
et des cours noires. Les gens ont la peau blanche."
Puis nous avons marché et traversé la ville par ses grandes rues. Les
femmes étaient belles et j'ai demandé à Marie si elle le remarquait. Elle m'a
dit que oui et qu'elle me comprenait. Pendant un moment, nous n'avons
plus parlé. Je voulais cependant qu'elle reste avec moi et je lui ai dit que
nous pouvions dîner ensemble chez Céleste. Elle en avait bien envie, mais
elle avait à faire. Nous étions près de chez moi et je lui ai dit au revoir. Elle
m'a regardé: "Tu ne veux pas savoir ce que j'ai à faire?" Je voulais bien le
savoir, mais je n'y avais pas pensé et c'est ce qu'elle avait l'air de me
reprocher. Alors, devant mon air empêtré, elle a encore ri et elle a eu vers
moi un mouvement de tout le corps pour me tendre sa bouche.
(A.Camus, L’étranger, 1942)
45
Intérêt linguistique
1. Observez la question indirecte utilisée dans l’extrait. A quoi sert-elle?
2. Quel est le rôle du participe passé et de l’imparfait dans cet extrait ?
Intérêt littéraire
I.Questions sur le sujet
1. La narration de la première personne veut dire quelque chose selon vous
ou non ?
2. De quoi s’agît-il dans la première phrase ? Qu’est-ce qui y est inhabituel ?
3. La réponse dans la deuxième phrase est celle que vous attendiez ?
4. Comment pouvez-vous qualifier la conduite de Mersault ?
5. Quelle est son attitude face aux sentiments de Marie et à la demande en
mariage?
II. L’art du récit
1. Repérez les verbes qui introduisent la parole de Mersault dans tout
l’extrait. Comment comprenez-vous ce choix de l’auteur ?
2. Donnez un titre à cet extrait.
3. Dressez le portrait moral et physique de Mersault. Pourquoi est-il
étranger ? Expliquer le titre du roman.
4. Les thèmes majeurs de cette œuvre sont: absurde, indifférence, sensualité.
Pouvez-vous trouver leur reflet dans l’extrait ?
5. « Chaque phrase de L’étranger est une île », a dit Sartre. Comment
comprenez-vous ces paroles ?
6. Remplissez la fiche d’identification de l’extrait en vous basant sur le
document de l’annexe.
Fiche d’identification
Contexte :
Sens littéral du texte :
Catégorie littéraire :
Genre :
Mouvement :
Type de texte :
Registre :
Visée littéraire :
7. Préparez le commentaire de l’extrait selon le modèle de l’annexe 3.
46
III. Invitation à la discussion
1. Quelle est votre attitude envers Mersault? Peut-on le justifier ou non?
2. Avez-vous rencontré dans votre vie des gens indifférents, pessimistes?
3. Cet extrait vous a-t-il donné envie de lire le roman? Quelle que soit votre
réponse, dites pourquoi.
4. Analysez et interpétez les citations de A.Camus triées selon leur sens.
 Absurdité
«L'absurde est la notion essentielle et la première vérité».
(Le Mythe de Sisyphe, 1941)
«Un homme est toujours la proie de ses vérités».
(Le Mythe de Sisyphe, 1941)
 Morale
«L'honneur est la dernière richesse des pauvres».
(Les Justes, 1949)
«Il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser».
(La Peste, 1947)
 Rébellion
«La liberté, seule valeur impérissable de l'histoire».
(L'Homme révolté, 1951)
«J'ai compris qu'il ne suffisait pas de dénoncer l'injustice, il fallait donner sa vie
pour la combattre».
(Les Justes, 1949)
 Pessimisme
«Tout homme est un criminel qui s'ignore».
(L'Homme révolté, 1951)
«Celui qui désespère des événements est un lâche, mais celui qui espère en la
condition humaine est un fou».
(Carnets)
 Politique
«Gouverner, c'est voler, tout le monde sait ça».
(Caligula, 1944)
«La société politique contemporaine: une machine à désespérer les hommes».
(Actuelles, 1950)
5. Comment trouvez-vous les idées philosophiques de l’existentialisme ?
6. Préparez un exposé sur une (des) œuvre (s) de A.Camus et présentez-le à
vos coétudiants.
47
Saint-John Perse
(1887 – 1975)
On attendait de ce diplomate qu'il établît des liens et des
compromis. Poète, il se voua à la solitude et à l'intransigeance.
Il fit carrière aux Affaires étrangères : secrétaire d'ambassade à
Pékin (1916-1921), directeur de cabinet de A. Briand (19251932), secrétaire général du Quai d'Orsay (1933-1940). Mis en
disponibilité (il fut accusé de « bellicisme » par le
gouvernement de Vichy), il se fixa aux États-Unis en 1941, où
il fut, jusqu'en 1946, conseiller de la bibliothèque du Congrès à Washington. Il
ne regagna la France qu'en 1957, et reçut, en 1960, la consécration du prix
Nobel "pour le vol montant en flèche et les images évocatrices de sa poésie qui
d'une façon visionnaire reflètent les conditions de notre temps".
Les premiers poèmes de son adolescence sont programmatiques: «Images
à Crusoé». Il y a là l'île et la mer qui l'encercle, l'homme isolé et qui doit recréer
le monde à son propre usage, à la double écoute de ses souvenirs et des bruits de
la nature. Mouvements de l'âme, souffles des vents, rythmes des eaux composent
une rhétorique des éléments, qui se teindra d'abord d'exotisme
(Éloges, 1911),avant
de
s'épurer
en
tectonique
de
l'expression
(Exil, 1944; Vents,1946; Amers, 1957). La poésie, comme un ressac, porte vers
la note la plus haute l'haleine de la terre et le souffle de l'esprit, avant de ramener
graduellement l'exaltation à la paix et au nouveau désir : non dans la perspective
de l'absurde, mais dans l'éternel retour aux sources de la vie, des ambitions, des
songes (Anabase, 1924 ; Chronique, 1960). Nature et culture participent à un
même rituel : l'évocation de Cyrus ou d'Alexandre, le triomphalisme de Pindare,
l'imagination présocratique sur la structure du monde, les « tableaux » en
lesquels se figent les grandes conquêtes et « transhumances » de l'histoire se
fondent dans un verset qui épouse la cadence du corps, mais un corps
curieusement immobile, qui se laisserait pénétrer par tous les effluves et
frémissements extérieurs. La poésie à la fois comme mélopée et comme houle,
apportant le mystère et son déchiffrement, selon un double mimétisme : elle
s'ouvre au monde pour en intérioriser le rythme (« Mais de la mer il ne sera
question, mais de son règne au cœur de l'homme »), le monde sort transfiguré de
son passage par le langage (« la poésie devient la chose qu'elle appréhende »).
La poésie comme aventure, qui recouvre exactement le destin de l'homme,
attiré par un horizon qui se dérobe sans cesse et par un passé qui s'efface peu à
peu et dont ne subsistent que des couleurs éparses, traces fugitives et brillantes
d'une odyssée sans Ithaque (Oiseaux, 1963 ; Chanté par celle qui fut
là, 1969 ; Chant pour un équinoxe, 1975), et qui d'ailleurs, curieusement, chez
ce poète de l'éloge et de l'homme, finit par inclure sa propre négation : « Singe
de Dieu, trêve à tes ruses».
(d’après Larousse « Dictionnaire mondial des littératures »)
48
Le savez-vous?

Le verset en poésie est une forme d'écriture située entre le
vers et le paragraphe tendant souvent vers la prose. Ce type
d'écriture tire son origine de la Bible, ce qui lui confère certaines
propriétés incantatoires: le langage mystique, ainsi que la mélodie
issus du verset, tendraient vers autre chose qu'un simple langage utilitaire.
Formellement, le verset peut être considéré comme un vers libre, c'est-à-dire un
vers sans métrique définie; toutefois, le retour à la ligne, usage poétique s'il en
fut, est pratiqué de manière non arbitraire: le blanc du texte définit un sens
particulier, ainsi qu'un souffle, un rythme du texte.

Le surréalisme est un mouvement poétique, littéraire, philosophique et
artistique, né en France, qui a connu son apogée dans l'entre-deux-guerres sous
l'impulsion d'André Breton. Le surréalisme cherche à créer un langage poétique
qui exprime la puissance du rêve et du désir. Il s’appuie sur la psychanalyse pour
revendiquer l’importance du hasard dans la création poétique. Les traits
surréalistes sont évidents dans les œuvres de S.-J.Perse parallèlement avec ceuxci postsymbolistes.
(d’après Larousse « Dictionnaire mondial des littératures»)
Découvrez l’œuvre en lisant le fragment ci-dessous.
“Amers” (1957)
Considéré par de nombreux critiques comme
l’aboutissement poétique de Saint-John Perse, il est son
plus long poème et est axé autour de l’élément maritime.
Saint-John Perse commence à rédiger les
premiers poèmes d’Amers aux alentours de 1948. Il
travaille donc une dizaine d’années sur cette œuvre
avant d’en établir l’édition définitive.
Amers est le seul recueil de Saint-John Perse à
être composé de parties titrées. On en dénombre
quatre :« Invocation » ;« Strophe » ;« Chœur » ;
« Dédicace ». Les trois premières parties sont de plus en
plus longues, contrairement à la dernière qui est très
courte.
Le titre de ce poème constitue une petite énigme
en soi. En effet, il n’est pas constitué du simple nom de l’élément autour duquel
il est centré, contrairement à d’autres poèmes qui fonctionnent sur ce modèle
(Pluies, Neiges, Vents). Différentes interprétations sont données par les
critiques. Tout d’abord, les « amers » sont les balises qui, près des côtes,
49
signalent la terre et aident les bateaux à pénétrer dans les ports. Ensuite, on
parle de l’amertume du goût de l’eau de mer, des premières syllabes
d’”Amérique” où a été rédigé ce poème, d’une dédicace « Aux mers »… Peutêtre le plus important est-il de noter que le poète refuse la nomination directe au
profit d’un terme aux contours ondoyants et mystérieux.
En effet, le poème Amers peut être perçu comme une tentative de nommer
la mer, c’est-à-dire de réussir à condenser en mots son essence profonde. À
plusieurs reprises, le poète constate que la mer n’a pas reçu son « vrai nom ».
L’entreprise poétique est un moyen d’y parvenir.
La mer est très importante pour l’homme comme pour le poète. SaintJohn Perse qui a grandi aux Antilles et qui a appris très jeune à naviguer,
considérait que c’était de l’eau de mer qui coulait dans ses veines. Ensuite, le
mot « mer » est le nom commun le plus fréquent de la poésie de Saint-John
Perse. De plus, la mer, dans l’imaginaire de Saint-John Perse, entretient un lien
privilégié avec la poésie : «Textuelle, la Mer». Les mouvements de l'écriture
sont houles, vagues, creux… La mer représente l’essence-même de la poésie
selon Saint-John Perse.
(d’après Wikipedia)
E
“ Et c’est la mer qui vint à nous... ”
t c’est la mer qui vint à nous sur les degrés de pierre du drame:
Avec ses Princes, ses Régents, ses Messagers vêtus d’emphase
et de métal, ses grands Acteurs aux yeux crevés et ses Prophètes à la
chaîne, ses Magiciennes trépignant sur leurs socques de bois,
la bouche
pleine de caillots noirs, et ses tributs de Vierges cheminant dans les labours
de l’hymne,
Avec ses Pâtres, ses Pirates et ses Nourrices d’enfants‐rois, ses vieux
Nomades en exil et ses Princesses d’élégie, ses grandes Veuves silencieuses
sous des cendres illustres, ses grands Usurpateurs de
trônes
et
Fondateurs de colonies lointaines, ses Prébendiers et ses Marchands, ses
grands Concessionnaires de provinces d’étain, et ses grands Sages
voyageurs à dos de buffles de rizières,
Avec tout son cheptel de monstres et d’humains, ah ! tout son croît
de fables immortelles, nouant à ses ruées d’esclaves et d'ilotes ses grands
Bâtards divins et ses grandes filles d’étalons – une foule en hâte se levant
aux travées de l’Histoire et se portant en masse vers l’arène, dans le
premier frisson du soir au parfum de fucus,
Récitation en marche vers l’Auteur et vers la bouche peinte de son
masque.
Ainsi la Met vint‐elle à nous dans son grand âge et dans ses grands
plissement hercyniens — toute la mer à son affront de mer, d'un seul
tenant et d’une seule tranche!
50
Et comme un peuple jusqu’à nous dont la langue est nouvelle, et
comme une langue jusqu’à nous dont la phrase est nouvelle, menant à ses
tables d’airain ses commandements suprêmes,
Par grands soulèvements d’humeur et grandes intumescences du
langage, par grands reliefs d’images et versants d’ombres lumineuses,
courants à ses splendeurs massives d'un très beau style périodique, et telle,
en ses grands feux d’écailles et d’éclairs et déclam, qu’au sein des meutes
héroïques,
La Mer mouvante et qui chemine au glissement de ses grands muscles
errants, la Mer gluante au glissement de plèvre, et toute à son afflux de mer,
s’en vint à nous sur ses anneaux de python noir,
Très grande chose en marche vers le soir et la transgression divine...
(S.-J.Perse, Amers, 1957)
Intérêt linguistique
1. Que veut dire la lettre majuscule de plusieurs noms de l’extrait ?
2. Analysez les phrases du point de vue de leur structure (simples,
complexes, avec des subordonnées, etc.).
3. Faites attention à la formation des mots : Magiciennes, Concessionnaires.
Trouvez de quels mots ils sont dérivés et composez leur famille.
4. Des adjectifs verbaux et des participes présents abondent dans l’extrait.
Dégagez-les, précisez la différence entre ces deux formes verbales.
Intérêt littéraire
I.Questions sur le sujet
1. Quels personnages la Mer entraîne-t-elle dans son avance ? Justifiez leur
présence dans ce cortège.
2. Où se dirige la Mer ? Quel sens peut-on accorder à son « glissement » ?
II. L’art du récit
1. Le rythme du texte et le rythme de la mer : comment se confondent-ils ?
2. Qu’est-ce qui distingue le vers et le verset ? Argumentez avec les
exemples de l’extrait.
3. Relevez les métaphores qui sont utilisées pour évoquer la matière et le
mouvement de la Mer.
III. Invitation à la discussion
1. Aimez-vous la mer? Pourquoi?
51
2. Quelles associations la mer évoque-t-elle dans votre esprit? Quels
sentiments éprouvez-vous en la regardant?
3. Quelle est la signification parabolique de cet extrait?
4. Cet extrait vous a-t-il donné envie de lire le poème? Quelle que soit votre
réponse, dites pourquoi.
5. Analysez et interpétez les citations de S.-J. Perse.
 “A la question toujours posée “Pourquoi écrivez-vous ?”, la réponse du
Poète sera toujours la plus brève “Pour mieux vivre”.”
( Réponse à un questionnaire sur les raisons d’écrire)
 “Et nos poèmes encore s'en iront sur la route des hommes, portant
semence et fruit dans la lignée des hommes d'un autre âge.”
(Vents, 1946)
 “S’en aller ! S’en aller ! Paroles de vivant !”
(Vents, 1946)
6. Préparez un exposé sur un (des) oeuvre (s) de S.-J.Perse et présentez-le à
vos coétudiants.
52
Jean-Paul Sartre
Je
(1905 – 1980)
Né à Paris, Jean-Paul Sartre est un écrivain et
philosophe français. Fils unique et orphelin de père à
quinze mois, il est élevé dans un milieu bourgeois et
cultivé. Son grand-père Charles Schweitzer se charge de
son éducation jusqu'à ses 10 ans. En 1971, sa mère se
remarie avec Joseph Mancy, qu'il déteste. Après
quelques années passées à La Rochelle avec sa mère et
son beau-père, il rejoint Paris à l'âge de 15 ans pour être
soigné en urgence et y reste définitivement. Il entre à
l'École normale en 1924, dont il sort agrégé de philosophie en 1929, année
pendant laquelle il rencontre Simone de Beauvoir, qui devient plus tard sa
compagne.
En 1931, il est nommé professeur au Havre et succède à Raymond Aron à
l'Institut français de Berlin de 1933 à 1934, période pendant laquelle il
approfondit ses connaissances de la phénoménologie. En 1938, il publie La
Nausée, roman couronné d'un succès écourté par le début de la Seconde Guerre
mondiale. Fait prisonnier quelque temps après sa mobilisation, il s'essaie en
1943 au théâtre en publiant Les Mouches, puis publie son essai L'Être et le
néant.
En 1945, il se retire de l'enseignement, crée la revue "Les Temps modernes"
et développe sa théorie de l'existentialisme, qui participe à sa célébrité.
Intellectuel et passionné de politique, Paul Sartre se rapproche pour un temps du
Parti communiste français et prend position pour les indépendantistes pendant
la guerre d'Algérie. Le prix Nobel de littérature lui est décerné en 1964 pour
“son travail qui, riche en idées et rempli de l'esprit de liberté et la recherche de la
vérité, a exercé une influence d'une grande portée sur notre âge”, mais il le
refuse car «aucun homme ne mérite d’être consacré de son vivant». Il s'implique
par la suite dans les événements de mai 68 et le conflit israélo-palestinien.
Figure intellectuelle emblématique, Jean-Paul Sartre meurt à l'âge de 74 ans.
L’œuvre de Sartre comporte plusieurs essais et textes philosophiques ayant
marqué leur époque, comme L'Être et le Néant, 1943; le bref L'existentialisme
est un humanisme, 1946; ou la Critique de la raison dialectique, 1960; mais
surtout des textes littéraires contenant des messages philosophiques :
nouvelles (Le Mur, 1939), romans (la Nausée, 1938 ; les Chemins de la liberté),
pièces de théâtre (Les Mouches, 1943 ; Huis clos, 1944 ; La Putain
respectueuse, 1946 ; Le Diable et le Bon Dieu, 1951 ; Les Séquestrés d'Altona,
1960).
Intransigeant et fidèle à ses idées, il a toujours rejeté tant les honneurs que
toute forme de censure ; il a accepté le titre de docteur honoris causa de
l'Université de Jérusalem en 1976. Il a refusé de diriger une série d'émissions
télévisées qu'on lui proposait en y mettant comme condition qu'il réalisait une
53
maquette préalable, expliquant : « Je n'ai plus l'âge de passer des examens ». Il a
contribué fortement à la création du journal Libération, allant jusqu'à le vendre
lui-même dans les rues pour donner une publicité à son lancement.
L’œuvre de Sartre témoigne de son souci permanent de remettre en
question la société dans laquelle il vit en défendant farouchement la liberté
humaine.
(d’après linternaute.com)
Le savez-vous?
Avec la Libération, en 1945, l'expression «littérature
engagée», lancée par Sartre, se trouve au centre des enjeux
littéraires.
La littérature engagée est une littérature sociale qui a pour
principale visée de rejoindre les hommes et de les ouvrir à de nouvelles visions
du monde. En prenant part aux débats sociaux et politiques qu'elle génère, en
étant une littérature du présent, qui écrit sur son époque, elle a la volonté de
rejoindre les hommes. En fait, il y a un important effort pour établir une relation
d'échange entre l'œuvre, l'auteur et le lecteur. C'est la conséquence du désir
profond de l'auteur de changer les choses en agissant sur le monde.
(tiré de http://id.erudit.org/iderudit/55676ac)
« Je tiens Flaubert et Goncourt pour responsables de la répression qui suivit la
Commune parce qu’ils n’ont pas écrit une ligne pour l’empêcher». (Sartre)
« L’écrivain 'engagé' sait que la parole est action : il sait que dévoiler c’est
changer et qu’on ne peut dévoiler qu’en projetant de changer» (Sartre).
Découvrez l’œuvre en lisant le fragment ci-dessous.
“Huis clos” (1944)
“Huis clos” est une pièce de théâtre, en un seul acte,
qui représente trois personnages ( Joseph Garcin (homme de
lettre),
Inès
Serrano
(femme
maniaque
et
hautaine), Estelle Igault (bourgeoise)) tombant à l’enfer.
Le titre de la pièce signifie «porte fermée». Un procès à
huis-clos a lieu sans public. Dans ce drame, Sartre réussit le
tour de force de faire de chacun des trois personnages
simultanément le bourreau et la victime des autres. Cette
situation paradoxale est rendue possible lorsqu’on est
dépendant du jugement des autres. On crée son enfer lorsqu’on soumet au
jugement cruel des autres.
54
GARCIN
e bronze .. . (Il le caresse.) Eh bien, voici le moment. Le bronze est là,
je le contemple et je comprends que je suis en enfer. Je vous dis que
tout était prévu. Ils avaient prévu que je me tiendrais devant cette
cheminée, pressant ma main sur ce bronze, avec tous ces regards sur
moi. Tous ces regards qui me mangent ... (Il se retourne brusquement.) Ha
! vous n'êtes que deux ? Je vous croyais beaucoup plus nombreuses. (Il
rit.) Alors, c'est ça l'enfer. Je n'aurais jamais cru ... Vous vous rappelez : le
soufre, le bûcher, le gril... Ah ! quelle plaisanterie . Pas besoin de gril :
l'enfer, c'est les Autres.
ESTELLE
Mon amour!
GARCIN, la repoussant.
Laisse‐moi . Elle est entre nous. Je ne peux pas t'aimer quand elle me voit.
ESTELLE
Ha ! Eh bien, elle ne nous verra plus. Elle prend le coupe‐papier sur la
table, se précipite sur Inès et lui porte plusieurs coups.
INÈS, se débattant et riant.
Qu'est‐ce que tu fais, qu'est‐ce que tu fais, tu es folle? Tu sais bien que je
suis morte.
ESTELLE
Morte ? Elle laisse tomber le couteau. Un temps. Inès ramasse le couteau et
s'en frappe avec rage.
INÈS
Morte ! Morte ! Morte ! Ni le couteau, ni le poison, ni la corde. C'est déjà
fait, comprends‐tu? Et nous sommes ensemble pour toujours . Elle rit.
ESTELLE, éclatant de rire.
Pour toujours , mon Dieu que c'est drôle ! Pour toujours !
GARCIN, rit en les regardant toutes deux.
Pour toujours !
(J.-P. Sartre, Huis clos, 1944)
55
Intérêt linguistique
1. Trouvez dans l’extrait des mots qui sont liés avec le champ lexical de
l’enfer.
2. Dans la première réplique de Garcin, relevez les trois pronoms personnels
sujets et dites сe qu’ils reflètent.
3. Relevez tous les mots qui montrent que les personnages ne sont pas libres.
4. Trouvez les synonymes du verbe contempler. Expliquez la hiérarchie dans
cette série synonymique.
Intérêt littéraire
I. Questions sur le sujet
1. Les personnages où se trouvent-ils ?
2. Quelle est le lien entre la scène représentée et le titre de la pièce ?
3. “Tous ces regards qui me mangent”: à qui appartiennent ces regards et
que signifie cette métaphore?
4. “L'enfer, c'est les Autres”. Pourquoi l’auteur a-t-il mis une majuscule à
Autre(s)? Comment comprenez-vous cette affirmation?
II. L’art du récit
1. Quel language les personnages parlent-ils?
2. Comment pouvez-vous définir le genre de la pièce ? Pourquoi ?
3. Remplissez la fiche d’identification de l’extrait en vous basant sur le
document de l’annexe 3.
Fiche d’identification
Contexte :
Sens littéral du texte :
Catégorie littéraire :
Genre :
Mouvement :
Type de texte :
Registre :
Visée littéraire :
4. Préparez le commentaire de l’extrait selon le modèle de l’annexe 3.
56
III. Invitation à la discussion
1. Dans votre culture le soufre, le bûcher et le gril ont-ils les mêmes
références que dans l’extrait?
2. Ce fragment vous a-t-il donné envie de lire la pièce ? Quelle que soit votre
réponse, dites pourquoi.
3. Analysez et interpétez les citations de J.-P.Sartre. Est-ce qu’elles illustrent
sa philosophie?
 "L'utilitarisme était la philosophie de l'épargne: il perd tout sens quand
l'épargne est compromise par l'inflation et les menaces de banqueroute."
(Situations II, 1948)
 "Le désordre est le meilleur serviteur de l'ordre établi. [...] Toute
destruction brouillonne, affaiblit les faibles, enrichit les riches, accroît la
puissance des puissants."
(Le diable et le bon dieu, 1951)
 "Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent."
(Le diable et le bon dieu, 1951)
 "La violence est injuste d'où qu'elle vienne."
(Le diable et le bon dieu, 1951)
 "Mais si vraiment l'existence précède l'essence, l'homme est responsable
de ce qu'il est."
(L'existentialisme est un humanisme, 1946)
4. Préparez un exposé sur une (des) œuvre (s) de J.-P. Sartre et présentez-le
à vos coétudiants.
57
Claude Simon
(1913-2005)
Fils d'un officier tué au combat près de Verdun en
1914, Claude Simon passe son enfance à Perpignan, où sa
mère, qui appartient à une famille de l'aristocratie foncière,
meurt d'un cancer en 1924. Il est ensuite interne au collège
Stanislas, à Paris, puis élève de mathématiques supérieures au
lycée Saint-Louis, classe qu'il abandonne pour suivre les cours de peinture
d'André Lhote. En 1936, il rejoint les républicains espagnols à Barcelone pour
convoyer des armes. Mobilisé en 1939, il est fait prisonnier en mai 1940 et
s'évade fin octobre.
À la Libération, Simon publie son premier livre, le Tricheur, 1945;
ensuite apparaissent la Corde raide, 1947; Gulliver, 1952 et le Sacre du
printemps, 1954; romans influencés par William Faulkner et l'existentialisme.
Toutefois, dès 1951, son écriture avait subi une «mutation» : atteint de la
tuberculose, l'écrivain avait dû rester cinq mois alité. Cette expérience, au cours
de laquelle le souvenir occupe une place centrale, changera à jamais son
approche de la littérature. Au milieu des années 1950, il rencontre Alain RobbeGrillet, puis Michel Butor, et rejoint le mouvement du nouveau roman.
Publiant le Vent, tentative de restitution d'un retable baroque aux Éditions de
Minuit, 1957; il trouve enfin sa manière propre : la «tentative de restitution»
d'une mémoire fragmentaire et constamment mise en doute. L'année suivante,
avec l'Herbe, il élabore peu à peu sa phrase baroque et foisonnante.
En 1960, Simon fait paraître la Route des Flandres, où il se remémore la
débâcle de 1940. Sous sa plume, l'enchaînement des images se fait plus
rigoureux, le débit plus continu, le « réalisme » plus exigeant.
Portés par un flux d'images, de citations, de jeux de mots et de
métaphores, ses romans deviennent l'illustration d'une nouvelle pratique de
l'espace littéraire, où la réalité fragmentée se recompose suivant un rythme
proche de l'écriture picturale (le Palace, 1962 ; Histoire, 1967 [prix Médicis]; la
Bataille de Pharsale, 1969; les Corps conducteurs, 1971; Triptyque, 1973;
Leçon de choses, 1975). Les époques et les lieux s'entremêlent, tandis que se
retrouvent au fil de l'œuvre des thèmes préférentiels – comme la guerre, les
chevaux, la peinture ou le temps.
Le texte, dont le fil logique est sans cesse coupé, demeure pourtant d'une
rare cohérence. Car, même s'il refuse les principes du roman traditionnel qui
organise la succession des événements comme un enchaînement de causes et
d'effets, Simon s'assigne pour mission de reconstruire en une structure
homogène la réalité présentée comme chaotique. Il s'évertue à rendre sensible
dans sa phrase tout le « magma d'émotions, de souvenirs, d'images » qui se
présente à lui au moment d'écrire. Longue, ample et sinueuse, riche en incises,
58
en parenthèses et en digressions, sa phrase est animée par le désir de transcrire
avec exactitude les mouvements de la conscience. Dans son essai Orion
aveugle (1970), il théorisera sa pratique en insistant sur la combinatoire
(«arrangements, permutations, combinaisons») qu'il opère à partir des
«carrefours de sens» des signifiants.
À partir des années 1980, Simon effectue son retour à la narration tout en
s'attachant à la « disparition progressive du fictif ». Dans les
Géorgiques (1981), l'Acacia (1989), le Jardin des plantes (1997) et le Tramway
(2001), élargissant les expériences précédentes à travers un souffle langagier
magistral, il explore la mémoire personnelle et familiale, dans des compositions
de nature musicale (exposition des thèmes, développement, reprises,
amplifications, modulations).
En 1985 Le prix Nobel de littérature est venu récompenser celui «qui,
dans ses romans, combine la créativité du poète et du peintre avec une
conscience profonde du temps dans la représentation de la condition humaine».
L’œuvre de Claude Simon est marqué par la double influence de Joyce et
de Proust, l'univers de Claude Simon est aussi un lieu où se dilue l'intrigue
romanesque, qui ne saurait avoir quelque rapport avec l'extérieur : le temps du
récit n'a rien à voir avec un temps réel quelconque, le temps n'est plus que
l'espace où se tient le discours d'un personnage minimal, obscur, qui tente de
dire son passé sur le mode des associations confuses de souvenirs. Au fur et à
mesure que se constitue l'œuvre de Simon, l'image, le tableau, la photographie,
la carte postale deviennent des composantes fondamentales de sa poétique,
privilégiant les images fixes, les instantanés.
(d’après Larousse « Dictionnaire mondial des littératures »)
Le savez-vous?
Claude Simon est une figure emblématique du nouveau
roman représentant un mouvement littéraire du XXe siècle. Le
terme fut employé la première fois par Bernard Dort en avril
1955. Le terme sera exploité par des revues littéraires. Il précède de peu
la Nouvelle Vague qui naît en octobre de la même année.
Repoussant les conventions du roman traditionnel, tel qu'il s'était imposé
depuis le XIXe siècle et épanoui avec des auteurs comme Honoré de
Balzac ou Émile Zola, le nouveau roman se veut un art conscient de lui-même. La
position du narrateur y est notamment interrogée : quelle est sa place dans
l'intrigue, pourquoi raconte-t-il ou écrit-il ? L'intrigue et le personnage, qui étaient
vus auparavant comme la base de toute fiction, s'estompent au second plan, avec
des orientations différentes pour chaque auteur, voire pour chaque livre.
(d’après Larousse « Dictionnaire mondial des littératures »)
59
Découvrez l’œuvre en lisant le fragment ci-dessous.
“ La route des Flandres “ (1960)
L’action du roman se déroule durant la dernière guerre
et le narrateur est un jeune soldat. Il est convaincu que le
capitaine de Reixach, qui a été abattu sous ses yeux, est allé
consciemment au devant de la mort dans un acte plus
suicidaire qu’héroïque. Avec Blum, un camarade, il interroge
inlassablement Iglésia, qui a longtemps été l’aide de camp du
capitaine. Les trois hommes sont enfermés dans un camp de
prisonniers et les questions deviennent obsessionnelles.
Enquêtant sur tous les évènements et les souvenirs qui
pourraient élucider cet énigme, ce mystère devient presque une
raison de vivre pour Georges, … Car la mort le hante. A la fin
de la guerre, son enquête le mène vers la jeune veuve du capitaine…
D
is donc tu as vu cette fille, elle…, puis la voix cessant, les lèvres
persistant peut‐être encore à remuer sur du silence, puis cessant
elles aussi tandis qu’il regardait ce visage de papier, et Blum (il avait
enlevé son casque et maintenant son étroite figure de fille semblait plus
étroite encore entre les oreilles décollées, pas beaucoup plus grosse qu'un
poing, au‐dessus du cou de fille sortant du col raide et mouillé du manteau
comme hors d'une carapace, souffreteux, triste, féminin, buté) disant:
«Quelle fille? », et Georges: «Quelle ... Qu'est‐ce que tu as?», le cheval de
Blum encore sellé, même pas attaché, et lui simplement appuyé au mur
comme s'il avait eu peur de tomber, avec son mousqueton toujours en
bandoulière, sans même avoir le courage de se déséquiper, et Georges
disant pour la deuxième fois : « Qu'est‐ce que tu as ? Tu es malade ? » et
Blum haussant les épaules, se détachant du mur, commençant à déboucler
la sangle, et Georges : « Bon sang, laisse donc ce cheval. Va te coucher. Si je
te poussais tu tomberais... », lui‐même dormant presque debout, mais Blum
ne résista pas lorsqu'il l'écarta : sur les croupes cuivrées des chevaux les
poils étaient collés par la pluie, sombres, ils étaient aussi collés et mouillés
sous les tapis de selle, une odeur âcre, acide, s'en exhalant, et tandis qu'il
rangeait leurs deux paquetages le long du mur il lui semblait toujours la
voir, là où elle s'était tenue l'instant d'avant, ou plutôt la sentir, la percevoir
comme une sorte d'empreinte persistante, irréelle, laissée moins sur sa
rétine (il l'avait si peu, si mal vue) que, pour ainsi dire, en lui‐même : une
chose tiède, blanche comme le lait qu'elle venait de tirer au moment où ils
étaient arrivés, une sorte d'apparition non pas éclairée par cette lampe mais
luminescente, comme si sa peau était elle‐même la source de la lumière,
comme si toute cette interminable chevauchée nocturne n'avait eu
60
d'autre raison, d'autre but que la découverte à la fin de cette chair
diaphane modelée dans l'épaisseur de la nuit : non pas une femme
mais l'idée même, le symbole de toute femme, c'est‐à‐dire... (mais
était‐il encore debout, défaisant courroies et boucles avec des gestes
d'automate, ou déjà couché, dormant, gisant dans le foin entêtant,
tandis que l'entourait, l'ensevelissait le lourd sommeil)...
sommairement façonnés dans la tendre argile deux cuisses un ventre
deux seins la ronde colonne du cou et au creux des replis comme au
centre de ces statues primitives et précises cette bouche herbue cette
chose au nom de bête, de terme d'histoire naturelle […] faisant penser
à ces organismes marins et carnivores aveugles mais pourvus de
lèvres, de cils: l'orifice de cette matrice le creuset originel qu'il lui
semblait voir dans les entrailles du monde, semblable à ces moules
dans lesquels enfant il avait appris à estamper soldats et cavaliers, rien
qu'un peu de pâte pressée du pouce, l'innombrable engeance sortie
toute armée et casquée selon la légende et se multipliant grouillant se
répandant sur la surface de la terre bruissant de l'innombrable
rumeur, de l'innombrable piétinement des armées en marche, les
innombrables noirs et lugubres chevaux hochant balançant tristement
leurs têtes, se succédant défilant sans fin dans le crépitement
monotone des sabots (il ne dormait pas, se tenait parfaitement
immobile, et non pas une grange à présent, non pas la lourde et
poussiéreuse senteur du foin desséché, de l'été aboli, mais cette
impalpable, nostalgique et tenace exhalaison du temps lui‐même, des
années mortes, et lui flottant dans les ténèbres, écoutant le silence, la
nuit, la paix, l'imperceptible respiration d'une femme à côté de lui, et
au bout d'un moment il distingua le second rectangle dessiné par la
glace de l'armoire reflétant l'obscure lumière de la fenêtre ‐ l'armoire
éternellement vide des chambres d'hôtel avec, pendus à l'intérieur,
deux ou trois cintres nus, l'armoire elle‐même (avec son fronton
triangulaire encadré de deux pommes de pin) faite de ce bois d'un
jaune pisseux aux veinules rougeâtres que l'on n'emploie semble‐t‐il
que pour ces sortes de meubles destinés à ne jamais rien renfermer
sinon leur vide poussiéreux, poussiéreux cercueil des fantômes
reflétés de milliers d'amants, de milliers de corps nus, furieux et
moites, de milliers d'étreintes emmagasinées, confondues dans les
glauques profondeurs de la glace inaltérable, virginale et froide […].
(Claude Simon, La route des Flandres, 1960)
61
Intérêt linguistique
1. Dégagez tous les participes passés de l’extrait. Précisez leur signification.
2. Analysez la structure des phrases. A quoi sert-elle?
Intérêt littéraire
I.Questions sur le sujet
1. Comment est décrite la fille ?
2. Quels sentiments a-t-elle évoqué aux soldats ?
II. L’art du récit
1. Remplissez la fiche d’identification de l’extrait en vous basant sur le
document de l’annexe 3.
Fiche d’identification
Contexte :
Sens littéral du texte :
Catégorie littéraire :
Genre :
Mouvement :
Type de texte :
Registre :
Visée littéraire :
2. Quelle est la particularité du style propre à Claude Simon ?
3. Est-ce que ce style favorise la compréhension des idées exprimées par
l’auteur ? Lesquelles ?
4. Analysez les procédés qui permettent au romancier de saisir
simultanément de différents niveaux de conscience (ponctuation, temps,
modes, juxtapositions, accumulations, parenthèses).
5. Montrez que la prose de Claude Simon révèle des caractères poétiques
(rythmes, métaphores).
III. Invitation à la discussion
1. Cet extrait vous a-t-il donné envie de lire le roman ? Quelle que soit votre réponse,
dites pourquoi.
62
2. Analysez et interpétez les citations sur Claude Simon.
“La phrase de Claude Simon s’enroule sur elle-même, s’étire et emporte avec
elle descriptions, réminiscences, parenthèses, dialogues et digressions. Le
lecteur suit, dans un voyage halluciné, le cheminement de la pensée du
narrateur et le romancier convoque l’universel dans l’intime, la mythologie
dans la guerre, tout le tragique de la condition humaine dans le quotidien d’un
soldat”.
M.Billet
“Ce n’est pas seulement dans ce qu’elles disent, mais aussi dans et à travers
leur langage que les œuvres nous transforment. Voilà. J’espère que vousmêmes, vous êtes un peu transformés, en ce sens que vous en savez un peu
plus sur l’œuvre de Claude Simon qu’il y a une heure”.
D.Zemmour
3. Analysez et interpétez les citations de Claude Simon.
 “Il n'y a pas de honte tout le monde croit à quelque chose ou fait
semblant mais, faire semblant c'est encore une façon de croire d'ailleurs il
n'y a pas moyen de faire autrement sans ça on se tue, tu ne le savais pas?”
(Le Sacre du Printemps , 1954)
 “Les mots possèdent... ce prodigieux pouvoir de rapprocher et de
confronter ce qui sans eux resterait épars... Une épingle, un cortège, une
ligne d'autobus, un complot, un clown, un chat”.
(Les Corps conducteurs , 1971)
4. Préparez un exposé sur une (des) oeuvre (s) de Claude Simon et
présentez-le à vos coétudiants.
63
Jean-Marie Gustave Le Clézio
(1940)
Jean-Marie Gustave Le Clézio est issu d’une famille
d’origine bretonne, qui a émigré à l’île Maurice à la fin
du XVIIIe siècle. Il grandit à Nice, élevé par sa mère et par sa
grand-mère qui lui donnent le goût de la lecture et de l’écriture (il est, dès l’âge
de 7 ans, l’auteur d’un livre sur la mer), tandis que son père, médecin
britannique, se trouve en poste au Cameroun anglophone, puis au Nigeria. En
1948, il rend visite à son père en Afrique, expérience déterminante qui nourrit
son imaginaire et sur laquelle s’appuiera bientôt sa vocation d’écrivain. Le jeune
homme partage ses études entre l’Angleterre (Bath, où il est aussi professeur de
Lettres en 1959 ; Bristol, où il s’inscrit à l’université) et Nice, où il se spécialise
en littérature.
C’est un an avant, en 1963, que Le Clézio fait son entrée sur la scène
littéraire française. Son roman le Procès-verbal obtient le prix Renaudot.
En 1967, Le Clézio effectue, comme coopérant, son service militaire en
Thaïlande. Dénonçant la prostitution enfantine, il est muté et contraint de finir
son service au Mexique. Employé par l’Institut d’Amérique latine, il découvre
alors les Indiens et se passionne pour l’histoire et la mythologie amérindiennes.
De 1970 à 1974, il vit aux côtés des Embera et des Waunanas, Indiens du
Panamá. Devenu spécialiste du Michoacán, région du centre du Mexique, il
soutient en 1977 une thèse d’histoire, la Relation de Michoacán, à l’Institut
d’études mexicaines de Perpignan.
Écrivain nomade, auteur d’une œuvre riche en romans, en nouvelles et en
essais, Le Clézio partage son temps entre le Nouveau-Mexique (où il a été
enseignant à l’université d’Albuquerque), Nice et la Bretagne. En 1990, aux
Éditions Gallimard, il a cofondé avec Jean Grosjean « L’Aube des Peuples »,
une collection destinée à rassembler les grands textes de l’histoire de l’humanité.
L'Académie suédoise, en lui décernant le prix Nobel 2008 de littérature, a
déclaré entendre ainsi rendre hommage à l'« écrivain de la rupture, de l'aventure
poétique et de l'extase sensuelle, l'explorateur d'une humanité au-delà et endessous de la civilisation régnante ».
(d’après Larousse « Dictionnaire mondial des littératures »)
L’œuvre de Le Clézio qui comprend des contes, des romans, des essais,
des nouvelles, des traductions de mythologie indienne, des livres de photo,
d'innombrables préfaces, articles et contributions à des ouvrages collectifs est
perçue comme une critique de l'Occident matérialiste, sous-tendue par une
attention constante aux faibles et aux exclus. Son écriture est classique, simple
mais raffinée, colorée. Jean-Marie Le Clézio, qui fait partie du jury Renaudot, a
notamment écrit La Fièvre, L'Extase matérielle, Terra amata, Le Livre des
64
fuites, La Guerre, Désert, Le Chercheur d'or, parus chez Gallimard pour
l'essentiel.
Les oeuvres lecléziennes évoquent les voyages et de différentes cultures,
notamment l’Amérique latine, l’Afrique et l’Océanie. Inspiré par son amour de
la culture amérindienne et ses nombreux voyages, Le Clézio est qualifié
d’écrivain des nouveaux départs.
A la question “Pourquoi écrivez-vous ?” l’auteur a répondu:
- Ecrire est pour moi une nécessité vitale, conditionnée par un besoin
intérieur. On risque de se faire avaler par la littérature ou par soi-même. Si on se
fait avaler par soi-même, on devient fou. Si on se fait avaler par la littérature, on
devient écrivain. Avant que la littérature m’avale, c’était le plaisir de raconter
des histoires qui m’a poussé à écrire. Puis, mon écriture est devenue plus
défensive, comme une voie de fuite de la société occidentale, violente et
artificielle où tout le monde rencontre la mort, l’envahissement, l’asservissement
des objets et l’agression de la vie. Je cherche à retranscrire le monde, à faire en
sorte que la pensée humaine corresponde avec le texte. A mon avis, c’est la
tâche de l’auteur: retranscrire les expériences et déchiffrer ce que cela dit des
comportement humains.
(d’après Libération)
Le savez-vous?
Le métier d’écrivain est parfois proche de celui d’un diplomate
au point de se confondre avec lui : Paul Claudel, Albert Cohen,
Saint-John Perse ou plus récemment Jean-Christophe Rufin l’ont prouvé. Si
Jean-Marie Le Clézio n’est guère un habitué des chancelleries, il n’en est pas
moins ambassadeur d’une certaine idée de l’humanité. Une vision complexe,
universelle, forgée par des décennies de découvertes, de dialogues et de
confrontations entre différentes civilisations. Aujourd’hui, il jauge l’homme
pour ce qu’il est : fragile, veule parfois, émouvant souvent, mais digne d’une
solidarité de tous les instants. Avec d’autres figures contemporaines, il ouvre
la voie d’une nouvelle vision des relations entre les hommes, loin du choc des
civilisations, du tiers-mondisme vindicatif ou des utopies sans lendemain.
C’est aussi ce regard qui a été récompensé par le Prix Nobel. Couronné après
quelques autres «immortels» de la littérature française, Le Clézio espère bien
continuer encore longtemps ce chemin d’un «nomade» désormais célèbre.
(d’après www.directmatin.fr)
65
Découvrez l’œuvre en lisant le fragment ci-dessous.
“Désert” (1980)
Le roman de Le Clézio se compose de deux récits qui
alternent et se succèdent. L'un, qui se déroule dans le désert,
s'identifie grâce à une typographie particulière. Il évoque la
migration des «hommes bleus» chassés du Rio de Oro dans
les premières années du XXe siècle par les soldats français.
Mais le désert est «le seul, le dernier pays libre peut-être, le
pays où les lois des hommes n'avaient plus d'importance».
Guerriers, femmes, enfants, troupeaux de chèvres, chameaux,
chevaux remontent vers le nord. Soif, misère, vivres qui
s'épuisent sont le funèbre accompagnement de cette pitoyable caravane. Les
fuyards espèrent trouver enfin une terre qui les accueillera. Nour, l'adolescent
qui a reçu la bénédiction du saint homme, continue, guidant un vieillard aveugle
accroché à son épaule.
Le second récit n'est pas moins tragique. Lalla, orpheline élevée par sa
tante, vit dans un bidonville en marge d'une cité du Maghreb. Lorsqu'elle a
achevé la corvée d'eau, son plaisir est de gravir la dune, de regarder la mer, ou
de monter vers le plateau rocailleux où les bergers mènent les chèvres. Pour
échapper à un mariage forcé avec un homme vieux et riche, Lalla s'enfuit en
compagnie du berger muet. Recueillie par la Croix Rouge, transportée à
Marseille, elle y retrouve sa tante.
Quelques temps après Lalla, prenant une poignée de billets dans la poche
du photographe endormi, traverse à nouveau la Méditerranée. Elle escalade la
dune de son adolescence, «comme si tout cela l'attendait».
L’extrait de Désert de Le Clézio voit Lalla, jeune immigrée venue d'un
bidonville marocain et récemment arrivée en France, se promener dans les rues
de la vieille ville de Marseille; la ville paraît effrayante à ses yeux, et sa marche
prend peu à peu des allures de fuite.
L
alla remonte vers la vieille ville, elle gravit lentement les marches de
l’escalier défoncé où coule l’égout qui sent fort. En haut de l’escalier,
elle tourne à gauche, puis elle marche dans la rue du Bon‐Jésus. Sur
les vieux murs lépreux, il y a des signes écrits à la craie, des lettres et des
dessins incompréhensibles, à demi effacés. Par terre, il y a plusieurs taches
rouges comme le sang, où rôdent des mouches. La couleur rouge résonne
dans la tête de Lalla, fait un bruit de sirène, un sifflement qui creuse un trou,
vide son esprit. Lentement, avec effort, Lalla enjambe une première tache,
une deuxième, une troisième. Il y a de drôles de choses blanches mêlées aux
taches rouges, comme des cartilages, des os brisés, de la peau, et la sirène
résonne encore plus fort dans la tête de Lalla. Elle essaie de courir le long de
66
la rue en pente, mais les pierres sont humides et glissantes, surtout quand
on a des sandales de caoutchouc. Rue du Timon, il y a encore des signes
écrits à la craie sur les vieux murs, des mots, peut‐être des noms? Puis une
femme nue, aux seins pareils à des yeux, et Lalla pense au journal obscène
déplié sur le lit défait, dans la chambre d’hôtel. Plus loin, c’est un phallus
énorme dessiné à la craie sur une vieille porte, comme un masque
grotesque.
Lalla continue à marcher, en respirant avec peine. La sueur coule
toujours sur son front, le long de son dos, mouille ses reins, pique ses
aisselles. Il n’y a personne dans les rues à cette heure‐là, seulement
quelques chiens au poil hérissé, qui rongent leurs os en grognant. Les
fenêtres au ras du sol sont fermées par des grillages, des barreaux. Plus
haut, les volets sont tirés, les maisons semblent abandonnées. Il y a un froid
de mort qui sort des bouches des soupirails, des caves, des fenêtres noires.
C’est comme une haleine de mort qui souffle le long des rues, qui emplit les
recoins pourris au bas des murs. Où aller? Lalla avance lentement de
nouveau, elle tourne encore une fois à droite, vers le mur de la vieille
maison. Lalla a toujours un peu peur, quand elle voit ces grandes fenêtres
garnies de barreaux, parce qu’elle croit que c'est une prison où les gens sont
morts autrefois : on dit même que la nuit, parfois, on entend les
gémissements des prisonniers derrière les barreaux des fenêtres. Elle
descend maintenant le long de la rue des Pistoles, toujours déserte, et par la
traverse de la Charité, pour voir, à travers le portail de pierre grise,
l'étrange dôme rose qu'elle aime bien. Certains jours elle s'assoit sur le seuil
d'une maison, et elle reste là à regarder très longtemps le dôme qui
ressemble à un nuage, et elle oublie tout, jusqu'à ce qu'une femme vienne
lui demander ce qu'elle fait là et l'oblige à s'en aller.
Mais aujourd'hui, même le dôme rose lui fait peur, comme s'il y avait
une menace derrière ses fenêtres étroites, ou comme si c'était un tombeau.
Sans se retourner, elle s'en va très vite, elle redescend vers la mer, le long
des rues silencieuses. Le vent qui passe par rafales fait claquer le linge, de
grands draps blancs aux bords effilochés, des vêtements d'enfants,
d'homme, des lingeries bleues et roses de femme; Lala ne veut pas regarder,
parce qu'ils montrent des corps invisibles, des jambes, des bras, des
poitrines, comme des dépouilles sans tête. Elle longe la rue Rodillat, et là
aussi il y a ces fenêtres basses, couvertes de grillage, fermées de barreaux,
où les hommes et les enfants sont prisonniers. Lalla entend par moments
les bribes de phrases, les bruits de vaisselle ou de cuisine, ou bien la
musique nasillarde, et elle pense à tous ceux qui sont prisonniers, dans ces
chambres obscures et froides, avec les blattes et les rats, tous ceux qui ne
verront plus la lumière, qui ne respireront plus le vent."
(J.M.G. Le Clézio, Désert, 1980)
67
Intérêt linguistique
1. Triez les mots et les locutions de l’extrait qui peuvent exprimer:
 la solitude;
 l'emprisonnement;
 l'évasion.
personne dans les rues, prison, s'en aller vite, trouver une issue, barreaux, les
maisons abandonnées, prisonniers, des rues désertes, s'enfuire à toutes jambes,
les rues silencieuses, grillages.
2. Trouvez dans l’extrait les exemples des sens de l'odorat, de l'ouïe, du
toucher, de la vue évoqués par l’auteur. A quoi servent-ils?
Intérêt littéraire
I.Questions sur le sujet
1. Comment la description est-elle organisée? En quelles parties pouvezvous la diviser?
2. Lalla quel sentiment éprouve-t-elle?
3. Quelles associations a-t-elle dans la ville?
4. Comment la vision de la ville est-elle déformée dans l’esprit de Lalla?
Répondez en remplissant le tableau ci-dessous.
Lalla:
voit/entend
d'habitude
ce jour-là
imagine
5. Comment sont décrits la mort, la solitude, l’emprisonnement, l’évasion
dans l’extrait?
6. Qu’apprend cette description sur Lalla?
7. Est-ce que l’angoisse de la fille se traduit par une déformation
hallucinatoire de la réalité qui l'entoure?
8. Qu’est-ce qui vous surprend dans cet extrait?
9. Pourquoi Lalla n’est-elle pas à l’aise à Marseille? Comment l’auteur le
montre-t-il?
II. L’art du récit
1. Dégagez les figures de style de l’auteur (annexe 1), commentez-les.
68
2. Remplissez la fiche d’identification de l’extrait en vous basant sur le
document de l’annexe 3.
Fiche d’identification
Contexte :
Sens littéral du texte :
Catégorie littéraire :
Genre :
Mouvement :
Type de texte :
Registre :
Visée littéraire :
3. Préparez le commentaire de l’extrait selon le modèle de l’annexe 3.
4. Comment est reflété le caractère réel et fantastique de la vision de la ville
aux yeux de Lalla ?
III. Invitation à la discussion
1. Cet extrait vous a-t-il donné envie de lire le roman ? Quelle que soit votre
réponse, dites pourquoi.
2. N’avez-vous jamais eu le sentiment de la désespérance, de la solitude ?
Décrivez votre état dans ces moments-là.
Lisez l’extrait suivant en essayant de comprendre l’information essentielle.
“Poisson d’or” (1996)
En fait de roman, il s'agit plutôt d'un conte. Pas à pas nous suivons le
chemin d'une jeune fille, Laïla, en quête d'elle-même, de son identité, de son
passé. Sa vie est un long voyage initiatique où peu à peu, à chaque étape, elle se
crée elle-même. Au fil de ses rencontres, elle construit ses valeurs, elle déjoue
les pièges et découvre enfin que chacun ne fait que chercher son propre intérêt
derrière des attitudes de façade, des fausses amitiés et des amours tristes.
Q
uand j’avais six ou sept ans, j’ai été volée. Je ne m’en souviens pas
vraiment, car j’étais trop jeune, et tout ce que j’ai vécu ensuite a effacé
ce souvenir. C’est plutôt comme un rêve, un cauchemar lointain,
terrible, qui revient certaines nuits, qui me trouble même dans le
69
jour. Il y a cette rue blanche de soleil, poussiéreuse et vide, le ciel bleu, le cri
déchirant d’un oiseau noir, et tout à coup des mains d’homme qui me jettent
au fond d’un grand sac, et j’étouffe. C’est Lalla Asma qui m’a achetée.
C’est pourquoi je ne connais pas mon vrai nom, celui que ma mère m’a
donné à ma naissance, ni le nom de mon père, ni le lieu où je suis née. Tout
ce que je sais, c’est ce que m’a dit Lalla Asma, que je suis arrivée chez elle
une nuit, et pour cela elle m’a appelée Laïla, la Nuit. Je viens du Sud, de très
loin, peut‐être d’un pays qui n’existe plus. Pour moi, il n’y a rien eu avant,
juste une rue poussiéreuse, l’oiseau noir, et le sac.
(J.M.G. Le Clézio, Poisson d’or, 1996)
Intérêt littéraire
1. À partir de l’information présentée dans cet extrait, répondez aux questions
suivantes :
 Qui est le personnage principal de l’histoire ? Décrivez-le.
 Qu’est-ce qui lui est arrivé ?
 Quels sont les Droits de l’Homme qui n’ont pas été respectés?
 Devinez le pays d’origine de Laïla: où croyez-vous qu’elle soit née ?
Justifiez.
2. A partir de l’analyse du fragment faites des hypothèses concernant l’histoire
de Laïla.
 Quelle pourrait être l’histoire précise de Laila ?
 Qui pourraient être ses parents ?
 Pourquoi a-t-elle été volée puis vendue ?
3.Quels sentiments engendre l’histoire de cette fille ?
4.Analysez et interpétez les citations de Le Clézio.
 “A mon sens, écrire et communiquer, c'est être capable de faire croire
n'importe quoi à n'importe qui.”
(Le procès-verbal, 1963)
 “Vivre, connaître la vie, c’est le plus léger, le plus subtil des
apprentissages. Rien à voir avec le savoir.”
(L’inconnu sur la terre, 1978)
 “Par le langage, l'homme s'est fait le plus solitaire des êtres du monde,
puisqu'il s'est exclu du silence.”
(L'Inconnu sur la terre, 1978)
70
Patrick Modiano
(1945)
Fils d'une comédienne flamande, Luisa
Colpeyn, et d'Albert Modiano, Juif d'Alexandrie
qui parvint à échapper aux camps de
concentration, l'auteur, après une jeunesse solitaire
marquée par la mort de son jeune frère, fait une
entrée éblouissante sur la scène littéraire, à vingttrois
ans,
avec la
Place
de
l'Étoile,
1968. Indifférent aux modes, il donne la Ronde de
nuit , 1969 et les Boulevards de ceinture, 1972. Son intérêt le mène vers la
trouble période de la Seconde Guerre mondiale: marché noir, meurtres impunis,
rafles, règlements de comptes, etc. À mi-chemin entre réel et imaginaire,
ses romans, fondés sur la recherche de l'identité, l'attente, l'absence, la mémoire,
l'oubli, la disparition, mettent en œuvre des personnages aux comportements
étranges et imprévisibles, le plus souvent dans un Paris mystérieux (Livret de
famille, 1977 ; la Rue des boutiques obscures, prix Goncourt 1978 ; Une
jeunesse, 1981 ; De si braves garçons, 1982 ; Quartier perdu, 1984 ;Vestiaire de
l'enfance, 1989 ; Fleurs de ruines, 1991). Mais Villa triste, 1975 se déroule au
bord du Léman, et Dimanches d'août, 1986 - à Nice, où resurgissent les
fantômes de l'Occupation. En général, les narrateurs explorent le passé ou font
de surprenantes rencontres (Des inconnues, 1999 ; la Petite Bijou, 2001). En
1997, Dora Bruder tourne le dos à la fiction, prend le parti de l'histoire et révèle,
outre les obsessions de l'écrivain, une part de sa méthode. L'observation
minutieuse y côtoie l'invention, dévoilant une sensibilité aiguë.
En dépit de l'expression précise ou du détail exact, l'œuvre comporte
toujours une marge d'indétermination. Une thématique subtile, dense, « le mode
de narration elliptique et incertain » (O. Barrot) jouent de l'émotion, de la
violence feutrée, de l'humour, tandis que les énigmes, la dérive, le fragile
équilibre des héros, envoûtent le lecteur et l'emportent là où se nouent les
apparences trompeuses et l'insaisissable vérité des êtres et des choses (Dans le
café de la jeunesse perdue, 2007; l'Herbe des nuits, 2012; Pour que tu ne te
perdes pas dans le quartier, 2014).
En 2014, l’œuvre de Modiano est couronnée par le prix Nobel de
littérature pour « l'art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées
humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l'Occupation », comme
l'explique l'Académie suédoise dans un communiqué.
(d’après Larousse « Dictionnaire mondial des littératures »)
L'œuvre de Patrick Modiano est un jeu de piste permanent, où rien n’est
laissé au hasard. Le romancier français a centré toute son œuvre sur le Paris de
71
la Seconde Guerre mondiale, dépeignant le poids des événements tragiques
d’une époque troublée sur le destin de personnages ordinaires.
Son style sobre, limpide, a fait de lui un écrivain accessible et apprécié du
grand public comme des milieux littéraires. «Ses livres parlent beaucoup de
recherche, recherche de personnes disparues, de fugitifs [...]. Ceux qui
disparaissent, les sans-papier et ceux avec des identités usurpées», a souligné
Peter Englund.
Ses héros, en rupture de ban, sont en perpétuelle recherche identitaire. Ils
évoluent à mi-chemin entre deux mondes, entre ombre et lumière, vie publique
et destin rêvé. Les textes de Modiano dessinent aussi une géographie de Paris
avec une minutie documentaire.
(d’après Libération)
Le savez-vous?
Les œuvres de P.Modiano représentent l’autofiction, un genre
littéraire qui combine de façon ouvertement contradictoire deux
types
de narrations opposés:
l’autobiographie et
la fiction.
L’autofiction est le récit d’événements de la vie de l’auteur sous
une forme plus ou moins romancée. C'est un récit fondé, comme
l'autobiographie, sur l'identité de l'auteur, du narrateur (et donc du
personnage), tout en se réclamant également de la fiction, principalement du
genre romanesque. L'auteur y raconte sa propre vie, mais sous une forme plus
romancée, avec des noms modifiés et l'emploi, dans certains cas, de la troisième
personne de singulier.
(d’après Wikipedia)
Découvrez l’œuvre en lisant le fragment ci-dessous.
“Dora Bruder” (1997)
Dora Bruder est un récit de Patrick Modiano,
publié en 1997, qui marque un tournant dans l’œuvre de
l'écrivain.
Dans un "Paris-Soir" du 31 décembre 1941, Patrick
Modiano tombe sur un avis de recherche de Dora
Bruder, passé par les parents de cette jeune fille de 15
ans.
"PARIS ON RECHERCHE
une jeune fille, Dora Bruder, 15 ans, 1 m. 55,
visage ovale, yeux gris marron, manteau sport gris, pull72
over bordeaux, jupe et chapeau bleu marine, chaussures sport marron. Adresser
toutes indications à M. et Mme Bruder, 41 boulevard Ornano, Paris."
L’écrivain se lance sur les traces d’une jeune fille juive, une fugueuse
disparue dans la nuit noire de l’Occupation. A travers cette enquête, Modiano
cherche Dora, mais aussi son propre père, qui se cachait également dans
le Paris de cette époque. Dans ce récit il y a la place à la réalité, ou du moins à
ce que l’on peut en retrouver, plus de 50 ans après. Modiano mêle à ce récit les
souvenirs de sa propre adolescence, en particulier ceux d’une fugue qu’il fît en
janvier 1960. Cette œuvre est appréciée comme la plus poignante, la plus forte
de celles de Patrick Modiano.
P
our l’année 1942, il existe un registre des Tourelles. Sur la couverture
de celui‐ci est écrit : FEMMES. Y sont consignés les noms des
internées, au fur et à mesure de leur arrivée. Il s’agissait de femmes
arrêtées pour faits de résistance, de communistes et, jusqu'en août 1942, de
Juives qui avaient commis une infraction aux ordonnances allemandes :
défense de sortir après huit heures du soir, port de l’étoile jaune, défense de
franchir la ligne de démarcation pour passer en zone libre, défense
d’utiliser un téléphone, d’avoir un vélo, un poste de TSF...
À la date du 19 juin 1942, on lit sur ce registre :
« Entrées 19 juin 1942
439. 19.6.42. 5e Bruder Dora, 25.2.26. Paris 12e.
Française. 41 bd d’Ornano. J. xx Drancy le 13/8/42 ».
(P.Modiano, Dora Rruder, 1997)
Pour mieux comprendre
Le 14 Juin 1940 l'armée allemande d’Hitler entre dans Paris. La France est
coupée en deux, suivant une ligne de démarcation (de partage) ; au nord de la
Loire, c’est la zone occupée, au sud, la zone libre. Le 30 juin 1940, le maréchal
Pétain, au pouvoir, appelle les Français à collaborer avec l'occupant (sur le plan
politique et économique) ; des lois antisémites sont promulguées et le port de
l'étoile jaune est imposé à tous les Juifs le 28 mai 1942.
un registre : cahier sur lequel on note (on consigne) des noms, des faits ;
les Tourelles : ancienne caserne, à la porte des lilas, où des Juifs étaient
internés, avant leur départ pour le camp de Drancy (dans la banlieue de Paris),
puis pour les camps de concentration, d'Auschwitz par exemple ;
interné : enfermé, prisonnier ;
faits de résistance : actes contre les occupants allemands ;
commettre une infraction : ne pas respecter une loi, une règle ;
une ordonnance : une loi ;
TSF (sigle de télégraphie sans fil) : la radio.
73
Intérêt linguistique
1. Relevez le temps des verbes. Quelles sont leurs valeurs?
Intérêt littéraire
I.Questions sur le sujet
1. De quoi est-il question dans les deux premières phrases ?
2. Trouvez dans le texte les raisons pour lesquelles ces femmes sont arrêtées.
3. Relisez tout le texte. Relevez ce que les ordonnances allemandes
défendaient et imposaient aux Juifs. Analysez ce que vous avez trouvé.
II. L’art du récit
1. Comment le texte est-il organisé?
2. Le narrateur n’est pas présent dans le texte. Quel effet est ainsi produit ?
3. Dans la dernière partie, le narrateur a retrouvé le nom de Dora sur le
registre. A quoi correspondent, selon vous, les chiffres, les lettres et les
lieux?
4. Que ressentez-vous à la lecture de ce fragment?
5. Remplissez la fiche d’identification de l’extrait en vous basant sur le
document de l’annexe 3.
Fiche d’identification
Contexte :
Sens littéral du texte :
Catégorie littéraire :
Genre :
Mouvement :
Type de texte :
Registre :
Visée littéraire :
6. Préparez le commentaire de l’extrait selon le modèle de l’annexe 3.
III. Invitation à la discussion
1. Cet extrait vous a-t-il donné envie de lire le roman ? Quelle que soit votre
réponse, dites pourquoi.
2. Avez-vous lu quelque œuvre sur la Seconde Guerre mondiale? Parlez-en.
74
3. Peut-on dire que le roman de P. Modiano Dora Bruder appartient à la
littérature de la Shoah? Argumentez.
4. Analysez et interpétez les citations de Patrick Modiano.
 “Jusqu'à vingt-cinq ans, on est immortel, enfin on se croit immortel.”
 “La notion du vieillissement, du temps qui passe, c'est un truc qu'on n'a
pas jusqu'à vingt ans.”
 “On est toujours dans son époque, on ne peut pas faire autrement que
décrire son époque, même si superficiellement on a l'air de décrire le
passé.”
5. Préparez un exposé sur une (des) œuvre (s) de
présentez-le à vos coétudiants.
Patrick Modiano et
75
QUIZ
Quiz 1.Prix Nobel.
Choisissez la réponse correcte.
1.Le Prix Nobel a été remis pour la première fois:
a) en 1902 b) en 1900 c) en 1901
2. Le Prix Nobel est une récompense de portée:
a) internationale
b) européenne
c) française
3.Le Prix est décerné:
a) tous les deux ans
b) chaque année
c) tous les cinq ans
4.Quel est le pays d'origine d'Alfred Nobel, fondateur du prix du même nom?
b) France
a) Suède
c) USA
5. A combien s'élève actuellement le montant (approximatif) de la récompense
attribuée aux lauréats ?
a) 1mln € b)
c) 500 000 €
2 mln €
6.Quelle invention fit la fortune d'Alfred Nobel ?
a) poudre à canon
b) dynamite
c) moteur à explosion
7.Qui remet le prix Nobel chaque année ?
a) Alfred Nobel
b) le Comité Nobel
c) le roi de Suède
Quiz 2. Auteurs et leurs œuvres.
Faites correspondre les œuvres à leurs auteurs.
1)
2)
3)
4)
5)
6)
76
Albert Camus
Anatole France
André Gide
Claude Simon
François Mauriac
Henri Bergson
a)
b)
c)
d)
e)
f)
L’Etranger
La Symphonie pastorale
Amers
Les Thibault
Dora Bruder
Thérèse Desqueyroux
7) Jean-Mari Gustave Le Clézio
8) Jean-Paul Sartre
9) Patrick Modiano
10)
Roger-Martin du Gard
11)
Romain Rolland
12)
Saint-John Perse
13)
Sully Prudhomme
g) Le lys rouge
h) La route des Flandres
i) Jean-Cristophe
j) Le Désert
k) La conscience et la vie
l) Huis clos
m) Le vase brisé
Quiz 3. Mouvements, genres littéraires et leurs auteurs.
Faites correspondre les mouvements et les genres littéraires aux auteurs qui y
ont œuvré.
1. Albert Camus
2. François Mauriac
3. Sully Prudhomme
4. Claude Simon
5. Roger-Martin du Gard
6. Henri Bergson
7. Jean-Mari Gustave Le Clézio
8. Anatole France
9. Jean-Paul Sartre
10. Patrick Modiano
11. Romain Rolland
12. André Gide
13. Saint-John Perse
a) existentialisme
b) symbolisme
c) absurde
d) surréalisme
e) nouveau roman
f) autofiction
g) roman catholique
h) humanisme
i) modernisme
j) Parnasse
k) roman philosophique
l) intuitivisme
m) roman-fleuve
n) saga familiale
Quiz 4. Auteurs français ayant reçus le Prix Nobel.
Choisissez la réponse correcte.
1.Choisissez le courant littéraire du XXe siècle :
a) surréalisme
b) symbolisme
c) naturalisme
2. Quel était le prénom de Gide, auteur de Prométhée mal enchaîné ou encore
des Faux-monnayeurs ?
a) André
b) Paul
c) Gérard
77
3. Quel est le titre du roman de Camus qui raconte l’histoire d’un certain
Meursault ?
a) La Chute
b) L’Etranger
c) Le Premier homme
4. François Mauriac était connu pour . . .
a) Sa collaboration avec les allemands pendant la guerre
b) Sa religiosité
c) Son indécence
5.Qui est l'auteur de L'évolution créatrice et Le rire ?
a) J.-P.Sartre
b) André Gide
c) Henri Bergson
6. Comment s'appelle le deuxième roman de Camus (qui dénonce le
nazisme)?
a) Le typhus
b) La peste
c) Le choléra
7. Comment s'intitule le chef-d'oeuvre de Sartre ?
a) Les phrases
b) Les mots
c) La ponctuation
8. Quel est le titre du premier roman de Sartre?
a) Mélancholia
b) Les aventures extraordinaires d'Antoine Roquentin
c) La Nausée
9. Sous quel nom Saint-John Perse a-t-il publié son premier recueil Eloges
en 1911 ?
a) Saint-Léger Léger
78
b) Saint-John Perse
c) Aristide Briand
10. Dans quel roman d'Albert Camus un homme est-il condamné à mort pour
un meurtre ?
a) L'Etranger
b) La Chute
c) La Peste
11.Comment s'appelle le premier succès de Le Clézio ?
a) Le papillon
b) L'amende
c) Le procès-verbal
12.Quelle oeuvre n'appartient pas à André Gide ?
a) Notre prison est un royaume
b) Si le grain ne meurt
c) Les faux-monnayeurs
13.Qui est un philosophe célèbre
a) S.-J. Perse
b) H. Bergson
c) R.Rolland
14.Qui, de son vrai nom Thibault, est l'auteur de L'orme du mail et évoque
ses souvenirs d'enfance dans Le livre de mon ami ?
a) Sully Prudhomme
b) Anatole France
c) François Mauriac
Quiz 5. Prix Nobel français de littérature.
Choisissez une réponse correcte.
1.Quel poète a été le premier à recevoir le Prix Nobel de littérature en 1901?
a) Sully Prudhomme
b) Frédéric Mistral
c) Saint-John Perse
79
2.Quel écrivain lauréat du Prix Nobel en 1915 est l'auteur du roman-fleuve JeanChristophe ?
a) Roger Martin du Gard
b) Romain Rolland
c) Albert Camus
3.Qui est l’auteur du roman historique Les dieux ont soif recompensé par le Prix
Nobel en 1921?
a) Jean Giono
b) Anatole France
c) Roger Martin du Gard
4. Quel ouvrage de philosophie est d'Henri Bergson, lauréat du Prix Nobel en
1927 ?
a) Les mots
b) L'être et la mort
c) La conscience et la vie
5.Quel écrivain lauréat du Prix Nobel en 1937 est l'auteur du roman-fleuve Les
Thibault ?
a) Romain Rolland
b) Anatole France
c) Roger Martin du Gard
6.Quel est le titre du roman d'André Gide, lauréat du Prix Nobel en 1947 ?
a) Les faux-monnayeurs
b) L'espoir
c) Notre prison est un royaume
7.Quel roman appartient à François Mauriac, lauréat du Prix Nobel en 1952 ?
a) Thérèse Desqueyroux
b) Vipère au poing
c) Le Désert
80
8.Quel écrivain, auteur de L'étranger, a reçu le Prix Nobel en 1957 ?
a) Jean-Paul Sartre
b) Albert Camus
c) Saint-John Perse
9.Quel recueil de poésie est de St- John Perse lauréat du Prix Nobel en 1960 ?
a) Eloges
b) Alcools
c) Oiseaux
10.Quel écrivain auteur de La nausée a décliné le Prix Nobel en 1964 ?
a) Albert Camus
b) Jean-Paul Sartre
c) Claude Simon
11.Quel roman est de Claude Simon, lauréat du Prix Nobel en 1985 ?
a) Sur la route
b) La route des Flandres
c) Amers
12. Quel roman est de J.- M. G. Le Clézio, lauréat du Prix Nobel en 2008 ?
a) Le procès
b) Le poisson d’or
c) Huis clos
Quiz 6. Figures de style.
Complétez le tableau des procédés stylistiques avec des exemples ci-dessous.
Tous les chapeaux de la communauté étaient présents.
La cigale alla rendre visite à la Fourmi sa voisine.
Je vais mourir de soif!
Votre âme est un paysage choisi.
Des Vagues blondes s'écoulaient sur ses épaules.
Nous ne pouvons pas atteindre la paix sans être prêts à la guerre.
Le poète est semblable à un prince.
Je meurs de faim.
Il est décédé.
81
Le soir, Paris s'habille d'un ruban de lumières.
Une obscure clarté.
Hâtez-vous lentement.
Il avait une longue maladie: il s'est éteint il y a une semaine.
Ma mère me tuera si je ne travaille pas.
Tes yeux sont noirs comme du charbon.
Ton chien est comme un rat - il mange n'importe quoi qui tombe par terre.
J'ai couru pendant une heure: je suis morte...
Ses cheveux étaient blonds comme les blés.
Mais tes cheveux sont un champ de blé.
Il est avec les anges.
Je parle la langue de Molière.
Ton coeur est un coffre-fort.
Les nuages sont les moutons du ciel.
métaphore
antithèse
comparaison
euphémisme
hyperbole
métonymie
personnification
oxymore
82
Corrigés
Quiz 1.
1c, 2a, 3b, 4a, 5a, 6b, 7c.
Quiz 2.
1a, 2g, 3b, 4h, 5f, 6k, 7j, 8l, 9e, 10d, 11i, 12c, 13m
Quiz 3.
1c, 2g, 3j, 4e, 5n,m; 6i, 7h, 8k, 9d, 10f, 11m, 12i, 13d.
Quiz 4.
1a, 2a, 3b, 4b, 5c, 6b, 7b, 8c, 9a,d; 10a, 11c, 12a, 13b, 14b.
Quiz 5.
1a, 2b, 3b, 4c, 5c, 6a, 7a, 8b, 9a, 10b, 11b, 12b.
Quiz 6.
métaphore
antithèse
comparaison
Le poète est semblable à un prince.
Votre âme est un paysage choisi.
Mais tes cheveux sont un champ de blé.
Je parle la langue de Molière.
Ton coeur est un coffre-fort.
Des Vagues blondes s'écoulaient sur ses épaules.
Les nuages sont les moutons du ciel.
Nous ne pouvons pas atteindre la paix sans être prêts à la guerre.
Tes yeux sont noirs comme du charbon.
Ton chien est comme un rat - il mange n'importe quoi qui tombe par terre.
Ses cheveux étaient blonds comme les blés.
euphémisme
Il est décédé.
Il est avec les anges.
Il avait une longue maladie: il s'est éteint il y a une semaine.
hyperbole
Je meurs de faim.
Je vais mourir de soif!
Ma mère me tuera si je ne travaille pas.
J'ai couru pendant une heure: je suis morte...
Tous les chapeaux de la communauté étaient présents.
métonymie
personnification
oxymore
Le soir, Paris s'habille d'un ruban de lumières.
La cigale alla rendre visite à la Fourmi sa voisine.
Une obscure clarté
Hâtez-vous lentement.
83
Annexes
Annexe 1.
Figures de style
FIGURE DE
STYLE
DEFINITION
EXEMPLE
ALLEGORIE n.f.
Personnification d'une idée
abstraite
- Ô Mort, vieux capitaine, il est temps !
ANTITHESE n.f.
2 termes de sens opposés dans
une même phrase
- Le navire était noir, mais la voile était
blanche
Etablir un parallèle entre un
COMPARAISON n.f comparé et un comparant à l’aide
- Tes yeux sont bleus comme le ciel
d’un mot-outil (comme,
.
semblable à...)
Formulation adoucie d’une idée
qui pourrait paraître trop brutale
- Les non-voyants (aveugles)
- Il est décédé (il est mort)
HYPERBOLE n.f.
Exagération dans le choix des
mots
- Un bruit à réveiller un mort
IRONIE n.f.
Dire le contraire de ce que l’on
pense
- C’est malin ! (c’est idiot)
- Surtout ne te presse pas !
Etablir une assimilation entre un
comparé et un comparant qui
sont rapprochés sans outils de
comparaison.
- Et tes mains, feuilles de l’automne
- Les étoiles volaient dans les branches
des arbres
EUPHEMISME n.m.
METAPHORE n.f.
METONYMIE n.f.
Remplacer un élément par un
autre élément appartenant au
même ensemble logique
(contenu -> contenant ; partie ->
tout)
- Boire un verre
- Manger son assiette
OXYMORE n.m.
Réunir à l’intérieur d’une même
expression deux mots aux sens
opposés
- Une obscure clarté
PERIPHRASE n.f.
Remplacer un terme par une
expression qui le définit
- La capitale de la France
- Le roi des animaux
PERSONNIFICATION
n.f.
84
Attribuer des qualités humaines à - Cette rose aimable comme toi
un objet inanimé
- Un soleil voit naître et mourir la rose
Annexe 2.
Fiche d'analyse d'une poésie
1.Le paratexte
2. Le thème de
la poésie
explications
 informations
l’auteur,
 le recueil,
 dates,
 sens du titre
 son sujet et
contexte
exemples
sur
son
 le registre du texte
3.Composition
Le rythme des
vers:
Le
type
discours
il peut montrer l’état
d’esprit du narrateur ou
faire lien avec le sujet de
l’œuvre
de
Les
champs
lexicaux
Les figures de
style
Le mouvement
littéraire
relever ceux qui dominent
uniquement et les
commenter
à relever et à commenter
auquel on peut rattacher
cette poésie








historique,
social,
religieux, etc.
comique,
tragique,
pathétique,
lyrique,
épique, etc.
 rapide,
 lent, etc.




narratif,
explicatif,
descriptif,
argumentatif, etc.







métaphore,
comparaison,
hyperbole,
personnification, etc.
classicisme,
romantisme,
Parnasse, etc.
85
Annexe 3.
Fiche d’analyse d’un texte 1 littéraire
exemples
ses caractéristiques
majeures


1.Le contexte
informations sur l’auteur,
l’origine de l’extrait (la
date de sa publication ou
de sa représentation)
rendre compte de son contenu
aussi
clairement
que
précisément; ce qui permettra de
le classer dans une catégorie
littéraire son sujet et son
contexte
le registre du texte
2. Le sens
littéral
Identifier la visée
littéraire
3.Composition
Le mouvement
littéraire
Le
type
discours
de
Les figures de
style
86
auquel on peut rattacher cette
œuvre
à relever et à commenter
portrait mélioratif, lettre de
rupture, scène d’aveu, incipit ou
dénouement de roman, sonnet
lyrique, pamphlet, etc.










comique,
critique,
tragique,
ironique,
pathétique,
lyrique,
satirique,
épique,
didactique,
polémique, etc.




susciter l’imaginaire,
provoquer une émotion,
faire réfléchir,
transmettre un point de
vue, etc.











humanisme,
surréalisme,
absurd, etc.
narratif,
explicatif,
descriptif,
argumentatif, etc.
métaphore,
comparaison,
hyperbole,
personnification, etc.
Bibliographie
Blondeau, N. Littérature progressive du français. Niveau avancé / N. Blondeau,
F.Allouache. – Paris, 2005.
Blondeau, N. Littérature progressive du français. Niveau intermédiaire / N.
Blondeau, F.Allouache, M.-F.Né. – Paris, 2004.
Camus, A. L’Etranger. – Paris: Gallimard, 2013.
Dictionnaire mondial des littératures. – Paris: Larousse, 2002.
Duchatel, E. 100 œuvres-clés de littérature française / E. Duchatel, D. Huisman.
– Paris, 2008.
Fiévet, M. Littérature en classe de FLE / M.Fiévet. – Paris, 2013.
Gide, A. La Symphonie pastorale. – Paris: Gallimard, 1975.
Le Clézio, J.-M. G. Désert. – Paris: Gallimard, 2010.
Lecherbonnier, B. Textes français et histoire littéraire. XX-ième siècle /
B.Lecherbonnier. – Paris, 1980.
Mauriac, F. Thérèse Desqueyroux. – Paris: Librairie Générale Française, 2012.
Modiano, P. Dora Bruder. – Paris: Gallimard, 2014.
Oeuvres de Sully Prudhomme : poésies, 1865-1866, stances et poèmes. – Paris,
1983.
Perse, S.-J. Amers. – Paris : Gallimard, 1970.
Sartre, J.-P. Huis clos. Les Mouches. – Paris: Gallimard, 1991
Simon, C. La route des Flandres. – Paris: Minuit, 1982.
Хрестоматия по французской литературе / Сост. А.Д.Помогаева,
И.С.Берлин. – М.: Просвещение, 1972.
87
Учебное издание
Комарова Марина Анатольевна
Нобелевская премия по литературе:
полилог по-французски
Для студентов специальности 1-23 01 02
«Лингвистическое обеспечение межкультурных
коммуникаций (по направлениям)»
На французском языке
Ответственный за выпуск Е.С. Патей
Подписано в печать 01.02.2016. Формат 60х841/16.
Бумага офсетная. Печать цифровая. Усл. печ. л. 5,11.
Уч.-изд. л. 3,98. Тираж 50 экз. Заказ 6810.
Издатель и полиграфическое исполнение:
Частное производственно-торговое
унитарное предприятие «Колорград».
Свидетельство о государственной регистрации издателя,
изготовителя, распространителя печатных изданий
№ 1/471 от 23.12.2015.
Пер. Велосипедный, 5-904, 220033, г. Минск,
www.segment.by
Скачать